Échecs & Stratégie: Echecs & Poker : ressemblances et différences

lundi 16 mars 2009

Echecs & Poker : ressemblances et différences

Almira Skripchenko alias ChessBabyQuand Ylon Schwartz est arrive à la table finale des World Series de Poker en 2008, il y rejoint les grands noms des échecs, comme par exemple Dan Harrington et Howard Lederer, qui se sont aussi forgé une renommée autour des tables de poker.
Ces derniers ne sont pas des cas isolés. Ci-contre, Almira Skripchenko alias ChessBaby vient de gagner 11.000€ au poker.
Comment les joueurs d'échecs peuvent-ils conjuguer l'échiquier et les tables de poker?
Les ressemblances entre les échecs et le poker
Les échecs et le poker sont deux jeux de stratégie dans lesquels il faut penser plusieurs coups à l’avance. Le joueur d’échecs, comme le joueur de poker, doit prendre des décisions immédiates et évaluer ses conséquences sur le long terme.
Un joueur d’échecs peut penser « si je poste mon fou en c4, il déplacera son cavalier en f5, ce qui mettra ma Dame en prise, mais, à ce moment là, je pourrais la protéger en d8 ». Un joueur de poker, lui, peut penser « si je mise sur ce flop avec 2 cœurs et mon adversaire suit, je vais devoir miser ce tour si un cœur arrive, même si je n’ai pas un flush, parce que ce joueur a tendance à attaquer les points faibles ».
Les différences entre les échecs et le poker
La plus grosse différence entre ces deux jeux est que le poker est un jeu dans lequel les informations sont incomplètes. Au contraire, aux échecs, le jeu est ouvert – votre adversaire peut tout voir. Avec le poker, il est impossible pour votre adversaire de savoir quelles cartes vous avez en main. On ne peut que deviner à partir de votre attitude et des choix que vous faites. C’est le fameux facteur chance. Au poker, un novice peut gagner contre un pro. Aux échecs, il n’y a pas d’éléments « aléatoires » pouvant changer le cours du jeu et donner l’avantage à un adversaire plus faible Ces éléments incertains et imprévisibles font la beauté du jeu et motivent les novices à se mesurer aux pros. Au poker, il s’agit surtout de faire face à cette incertitude, contrairement aux échecs où il s’agit de raisonner sans faire d’erreur pendant de longues périodes.
Echecs & Poker
Nombreux sont les joueurs d’échecs qui conjuguent pratique des échecs et celle du poker. Cependant, ils préfèrent en général un environnement sous contrôle et peuvent trouver l'agressivité et la pression des adversaires un peu décourageantes, comme c’est par exemple le cas avec le No-Limit. Si c'est votre cas, le Limit Hold em ou un autre type limité, comme le Seven Card Stud ou Omaha peut-être plus adapté à leur style de jeu.
Retrouvez notre chronique Echecs & Poker
Xavier Tartacover (1887–1956) - Celui qui prend des risques peut perdre, celui qui n'en prend pas perd toujours.

2007-2017 © Chess & Strategy
Accueil - A propos - Mentions légales