Échecs & Stratégie: Progressez aux échecs avec Jean Hébert !

mardi 28 septembre 2010

Progressez aux échecs avec Jean Hébert !

Progressez aux échecs avec Jean Hébert !

Chaque mardi, notre ami le maître international canadien d'échecs Jean Hébert nous propose sa lettre d'information HPE.




Echec et Mat - Jean Schulteis

39ème olympiade d'échecs: des chiffres astronomiques!

La 39e olympiade d’échecs a débuté le 21 octobre dernier à Khanty-Mansiysk, la désormais célèbre capitale de l’Ugra, province de la Sibérie. 143 nations y sont représentés, un chiffre incroyable qui souligne bien la présence planétaire des échecs. Parmi les 1294 compétiteurs, hommes et femmes, on distingue 253 GM, 65 GM féminins, 159 MI et 90 MI féminins. Pas moins de 117 joueurs sont classés au dessus de la barre des 2600, dont 34 au dessus des 2700. Au fil des ans on a diminué le nombre de rondes (11 cette fois-ci) mais augmenté la présence féminine (aux dépends des hommes), ce qui me semble totalement déplacée. Le nombre et la qualité des joueuses actives dans la vaste majorité des nations membres de la FIDE ne justifie pas cette politique qui impose des dépenses supplémentaires autant à l’organisateur de l’olympiade qu’au fédérations nationales. Toutefois on est revenu à une cadence “normale”, 90 minutes pour 40 coups, 30 minutes pour le reste de la partie et 30 secondes d’incrémentation durant toute la partie, après avoir disputé quelques olympiades à des cadences ridiculement rapides.

La partie de la semaine : Jobava (2710) - Carlsen (2826)

Quand on est no 1 mondial, les défaites sont rares, surtout contre des “outsiders” qui ne font pas partie du top 10 ou top 20. Mais ces “petits” 2700 sont dangereux comme a pu s’en rendre compte le Norvégien dans le match Norvège- Géorgie de la ronde 4.

Le monde des finales : Tour vs trois (ou deux) pions liés (ou pas)

Je continue cette semaine mon exposé entrepris dans le dernier HPE sur le combat entre la tour et deux ou trois pions adverses.

Trouvez le tacticien en vous ! Les réponses du numéro 34

de Jean Hébert dans
Xavier Tartacover (1887–1956) - Celui qui prend des risques peut perdre, celui qui n'en prend pas perd toujours.

2007-2017 © Chess & Strategy
Accueil - A propos - Mentions légales