Échecs & Stratégie: Échecs à Moscou : Anand reste champion du monde

ÉLECTIONS 2016 DE LA FEDERATION FRANÇAISE DES ÉCHECS


Philippe Dornbusch, Directeur du site Échecs & Stratégie - Photo © Chess & Strategy
Présidentes et Présidents de clubs,

Si vous ne comprenez pas où va l'argent des licences collecté par les clubs d'échecs et remonté à la FFE, alors VOTEZ DORNBUSCH, le seul candidat à exiger un AUDIT des comptes de la FFE et de son fonctionnement par un cabinet extérieur et indépendant.

NOTRE LISTE ET PROGRAMME - NOTRE VIDEO - NOS VALEURS

Les résultats de notre enquête sur la FFE - Rejoignez-nous !

vendredi 1 juin 2012

Échecs à Moscou : Anand reste champion du monde

Échecs à Moscou : le champion du monde Vishy Anand avec les Blancs face à son challenger Boris Gelfand - Photo © Chessbase

Un tie-break en 4 parties rapides était au programme mercredi du championnat du monde d'échecs entre Anand et Gelfand. Vishy Anand l'emporte 2.5-1.5 sur Boris Gelfand et conserve son titre acquis en 2007.




Fallin' - Alicia Keys

Une seule partie aura fait basculer le sort du match. Une sicilienne Rossilimo de 77 coups dans les départages en rapide permet à l'Indien Vishy Anand de conserver son titre de champion du monde d'échecs face à son Challenger Boris Gelfand - Photo © Chessbase

Rejouer la 2e partie décisive du Tie-Break : Anand 1-0 Gelfand

Analyser les parties à cadence classique du match :

Les réactions après match Le match a été "incroyablement tendu", a déclaré Vishy Anand, lors de la conférence de presse suivant le tie-break. "Je suis vraiment trop tendu pour être heureux, mais il y a du soulagement", a-t-il ajouté, précisant ne s'être jamais considéré comme le favori. Revenant sur cette défaite lors de la 7e partie, Vishy a ajouté: "Je ne me rappelle pas d'un aussi mauvais jour. Je ne pouvais pas dormir". Le tie-break, un véritable combat d'endurance psychologique, où la tactique et la rapidité sont essentielles, consiste en des séries de matches où le temps de réflexion attribué à chaque joueur est limité. Revenant sur sa défaite, Boris Gelfand a regretté son manque de rapidité. "Comme dans toutes les parties, je pense que le facteur décisif a été ma gestion pas la plus judicieuse du temps", a-t-il admis

Israël félicite Gelfand Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a appelé Boris Gelfand au téléphone pour le féliciter de son "beau succès, à la fois personnel et national", selon un communiqué. Quant au ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, d'origine slave, il a souligné "le grand honneur" que le grand maître, né en Union soviétique, a apporté à l'Etat d'Israël.

Pour en savoir plus : Le site d'échecs officiel

Xavier Tartacover (1887–1956) - Celui qui prend des risques peut perdre, celui qui n'en prend pas perd toujours.

2007-2016 © Chess & Strategy
Accueil - A propos - Mentions légales