Échecs & Stratégie: Comment les échecs ont changé mon cerveau

ÉLECTIONS 2016 DE LA FEDERATION FRANÇAISE DES ÉCHECS


Philippe Dornbusch, Directeur du site Échecs & Stratégie - Photo © Chess & Strategy
Présidentes et Présidents de clubs,

Si vous ne comprenez pas où va l'argent des licences collecté par les clubs d'échecs et remonté à la FFE, alors VOTEZ DORNBUSCH, le seul candidat à exiger un AUDIT des comptes de la FFE et de son fonctionnement par un cabinet extérieur et indépendant.

NOTRE LISTE ET PROGRAMME - NOTRE VIDEO - NOS VALEURS

Les résultats de notre enquête sur la FFE - Rejoignez-nous !

dimanche 30 juin 2013

Comment les échecs ont changé mon cerveau

Maître Founiasse et Shogi © Chess & Strategy

L'Américain Mark Samuelian est arrivé 3e d'un tournoi de poker et, selon lui, c'est grâce aux échecs. Plus exactement, grâce à sa pratique du blitz, ces parties d'échecs ultra-rapides en 3 minutes qui l'ont entraîné à la prise de décision rapide. A lire sur The Atlantic.




Call me Maybe - Carly Rae Jepsen

Maître Founiasse conforté par ce témoignage sur les apports positifs du blitz dans la prise de décision. Un article qui illustre que les échecs peuvent améliorer la qualité du processus de prise de décision. Une bonne piste pour les managers en entreprise ! © Chess & Strategy

Habitué des «blitz», ces parties express de trois minutes, il confie dans les pages de The Atlantic que son addiction aux échecs a considérablement amélioré sa concentration et sa capacité à prendre des décisions rapidement. Mark Samuelian raconte comment il s'est progressivement passionné pour cette façon de jouer qu'il avait initialement choisie pour son côté pratique et rapide: «Le problème, cependant, c'était que j'étais tellement absorbé par le jeu que je jouais pendant des heures. J'étais surpris par mon niveau de concentration et je ressentais ce mouvement incroyable que tu ressens quand tu es tellement impliqué dans quelque chose que tu perds toute notion du temps.»

A tel point qu'il est aujourd'hui convaincu des bénéfices du blitz et encourage la création de cours d'échecs dans les écoles. «Je crois que l'épreuve d'avoir à prendre 40 décisions dans un jeu d'échecs de trois minutes entraîne ton cerveau à penser à un niveau plus élevé (...). J'ai arrêté de me laisser distraire par des emails et je finis sans difficulté les tâches les plus ennuyeuses.»

Pour en savoir plus : L'article de The Atlantic - Les pouvoirs de notre cerveau

Xavier Tartacover (1887–1956) - Celui qui prend des risques peut perdre, celui qui n'en prend pas perd toujours.

2007-2016 © Chess & Strategy
Accueil - A propos - Mentions légales