Échecs & Stratégie: Bien jouer aux échecs implique d'être intelligent

ÉLECTIONS 2016 DE LA FEDERATION FRANÇAISE DES ÉCHECS


Philippe Dornbusch, Directeur du site Échecs & Stratégie - Photo © Chess & Strategy
Présidentes et Présidents de clubs,

Si vous ne comprenez pas où va l'argent des licences collecté par les clubs d'échecs et remonté à la FFE, alors VOTEZ DORNBUSCH, le seul candidat à exiger un AUDIT des comptes de la FFE et de son fonctionnement par un cabinet extérieur et indépendant.

NOTRE LISTE ET PROGRAMME - NOTRE VIDEO - NOS VALEURS

Les résultats de notre enquête sur la FFE - Rejoignez-nous !

mardi 19 novembre 2013

Bien jouer aux échecs implique d'être intelligent

Bien jouer aux échecs implique d'être intelligent

Echecs = intelligence? "Le jeu d'échecs possède cette remarquable propriété de ne pas fatiguer l'esprit et d'augmenter bien plutôt sa souplesse et sa vivacité", écrivait Stefan Zweig dans Le Joueur d’échecs.




Call me Maybe - Carly Rae Jepsen

Suivez nos chroniques sur Facebook, Twitter et Google +

Il aura fallu attendre plusieurs dizaines d'années avant qu'une étude ne prouve scientifiquement cette affirmation. Rapportée par le Pacific Standard, elle tend à démontrer —on n'en sera pas surpris— que «les joueurs d’échecs font preuve d’une intelligence supérieure à la moyenne».

Psychologue à l'université de Göttingen, Roland Grabner explique que plusieurs études utilisant des tests psychométriques d'intelligence réalisés sur des joueurs experts et novices «démontrent qu'à la fois l'expertise et l'intelligence impactent les performances de tâches liées au domaine d'expertise». C'est à dire que la réussite aux échecs serait dû à la fois à une pratique assidue et à une intelligence innée. D'où la conclusion du chercheur, qui estime que «le jeu d'échecs expert n'est pas isolé de l'intelligence».

Une telle étude peut paraître anodine mais elle vient mettre à mal une théorie assez répandue aux États-Unis, celle de la règle des 10.000 heures. Popularisée en 2008 par le livre Outliers: The Story of Success de Malcolm Gladwell, elle avance que la réussite serait liée à la pratique répétée et non à des capacités innées. «Plus les psychologues regardent les carrières des gens talentueux, plus le talent semble jouer un rôle faible et plus la préparation semble jouer un rôle fort», écrivait encore très récemment Gladwell dans le New Yorker...

Pour en savoir plus : L'article de Slate
Xavier Tartacover (1887–1956) - Celui qui prend des risques peut perdre, celui qui n'en prend pas perd toujours.

2007-2016 © Chess & Strategy
Accueil - A propos - Mentions légales