Échecs & Stratégie: Echecs & Concentration : bon pour la scolarité

ÉLECTIONS 2016 DE LA FEDERATION FRANÇAISE DES ÉCHECS


Philippe Dornbusch, Directeur du site Échecs & Stratégie - Photo © Chess & Strategy
Présidentes et Présidents de clubs,

Si vous ne comprenez pas où va l'argent des licences collecté par les clubs d'échecs et remonté à la FFE, alors VOTEZ DORNBUSCH, le seul candidat à exiger un AUDIT des comptes de la FFE et de son fonctionnement par un cabinet extérieur et indépendant.

NOTRE LISTE ET PROGRAMME - NOTRE VIDEO - NOS VALEURS

Les résultats de notre enquête sur la FFE - Rejoignez-nous !

jeudi 7 novembre 2013

Echecs & Concentration : bon pour la scolarité

Echecs & Concentration : bon pour la scolarité

Pratiquer le jeu d'échecs est un moyen efficace pour combattre le trouble de l'attention chez l'enfant. Les échecs développent la concentration, la mémoire, le respect de l'autre, la patience et la logique.




Call me Maybe - Carly Rae Jepsen

Suivez nos chroniques sur Facebook, Twitter et Google +

Les échecs améliorent la concentration. Sans nécessairement souffrir d’un véritable trouble de déficit de l’attention ou d’hyperactivité, plus de 30 % des enfants souffrent d'une carence de concentration à l'école. Dans le cas d’un trouble de déficit de l’attention, la dissipation de l’enfant est due à un déficit de dopamine. Pour l’enfant hyperactif, le manque d’attention résulte au contraire d’un excès de dopamine et d’un déficit de sérotonine. Un traitement médical est nécessaire si l’enfant souffre de l’un de ses deux troubles. Dans le cas d’un simple manque de concentration causé par une difficulté d’adaptation en milieu scolaire, il suffit de faire participer l’enfant à une activité parascolaire comme un atelier de jeu d’échecs.

Une aide pour les enfants dans leur scolarité. Le jeu d’échecs constitue une aide précieuse dans le traitement du trouble de la concentration chez l’enfant. Que votre enfant ait du mal à se concentrer sur ses études à cause d’une difficulté d’adaptation ou d’un trouble neurologique, le jeu d’échecs est un complément essentiel dans son processus de traitement. Jeu de stratégie opposant deux adversaires sur un échiquier, le jeu d’échecs développe progressivement la mémoire, la concentration et la capacité logico-déductive de l’enfant. Les règles du jeu peuvent s'apprendre en une heure à peine. Une fois ceci acquis, l’enfant prend plaisir à jouer grâce à l’esprit de compétition inséparable de la discipline et fera un effort en vue de progresser.

Les échecs favorisent le développement intellectuel. Jeu des rois et roi des jeux, le jeu d’échecs favorise le développement intellectuel et psychologique de l’homme. Ce développement est d’autant plus efficace lorsqu’un individu s’initie à la discipline dès son plus jeune âge. La passion pour le jeu d’échecs naît une fois que l’enfant commence à aimer les victoires successives et par là même renier les défaites. Petit à petit, il retrouve une bonne capacité de concentration grâce à l’effort qu’il fournit en vue de la victoire. Sous l’assistance d’un bon animateur en milieu scolaire, l’enfant assimile le cheminement du raisonnement propre aux échecs, apprend le respect d’autrui et développe un bon esprit combatif.

Les échecs enseignent la patience. En plus de développer sa faculté de concentration, sa mémoire et sa capacité de raisonner, l’enfant apprend également la patience à travers le jeu d’échecs. En effet, une partie d’échecs ne se gagne pas avec précipitation ni manque de sang froid. Le joueur doit avoir un esprit posé afin de mieux anticiper les attaques de son adversaire et par là même disposer adroitement ses pièces maîtresses sur les cases de l’échiquier. En jouant aux échecs, l’élève cultive le goût de l’effort. Il s’habitue à mener une tâche à terme et apprend à devenir plus autonome. Après quelques semaines d’immersion dans le jeu d’échecs, votre enfant, souffrant d’un soi-disant problème de concentration, réalisera des prouesses vis-à-vis de ses résultats scolaires.

Pour en savoir plus : Notre sélection de livres
Xavier Tartacover (1887–1956) - Celui qui prend des risques peut perdre, celui qui n'en prend pas perd toujours.

2007-2016 © Chess & Strategy
Accueil - A propos - Mentions légales