Échecs & Stratégie: Une histoire partielle des causes perdues

ÉLECTIONS 2016 DE LA FEDERATION FRANÇAISE DES ÉCHECS


Philippe Dornbusch, Directeur du site Échecs & Stratégie - Photo © Chess & Strategy
Présidentes et Présidents de clubs,

Si vous ne comprenez pas où va l'argent des licences collecté par les clubs d'échecs et remonté à la FFE, alors VOTEZ DORNBUSCH, le seul candidat à exiger un AUDIT des comptes de la FFE et de son fonctionnement par un cabinet extérieur et indépendant.

NOTRE LISTE ET PROGRAMME - NOTRE VIDEO - NOS VALEURS

Les résultats de notre enquête sur la FFE - Rejoignez-nous !

lundi 28 avril 2014

Une histoire partielle des causes perdues

Notre sélection de livres/logiciels - Débuter aux échecs - Jouer en ligne  Échecs & Livre : Une histoire partielle des causes perdues

Echec et mat. Un roman sur fond de jeu d'échecs de Jennifer Dubois aux éditions Robert Laffont.

Irina, 31 ans, a vu son père mourir de la maladie de Huntington, une maladie héréditaire et orpheline, qui se traduit par une dégénérescence neurologique provoquant d’importants troubles moteurs et cognitifs, et, dans les formes les plus graves, la perte de l’autonomie et la mort. Un test lui apprend que d’ici à deux ans son cerveau accusera les mêmes défaillances. A son angoisse fait écho une lettre que son père adressa à un champion d’échecs russe.




James Bond - John Barry

« Quelle histoire se raconte-t-on quand on a la certitude d’être vaincu ? » demandait-il au célèbre Alexandre Bezetov. Irina trouve une réponse possible : vivre une dernière aventure. Partir en Russie.

Tel Garry Kasparov qui a renoncé à l’échiquier mais pas à l’échec, ses chances de l’emporter à l'élection présidentielle face à l’ancien kagébiste Poutine sont nulles, comme celles d’Irina de guérir. Deux causes perdues, à leur manière, embrassant ensemble une troisième : la Russie démocratique.

L'avis de Chess & Strategy : On est impressionné par l’aplomb de Jennifer Dubois qui brasse trois décennies d’intrigues avec roublardise. Pas seulement efficace, mais une petite musique s’impose et séduit. Une ironie voilée, une gravité toute en retenue, bref un style comme aux échecs.

Pour en savoir plus : Notre chronique Livres

Xavier Tartacover (1887–1956) - Celui qui prend des risques peut perdre, celui qui n'en prend pas perd toujours.

2007-2016 © Chess & Strategy
Accueil - A propos - Mentions légales