Échecs & Stratégie: Voyage au royaume des échecs

ÉLECTIONS 2016 DE LA FEDERATION FRANÇAISE DES ÉCHECS


Philippe Dornbusch, Directeur du site Échecs & Stratégie - Photo © Chess & Strategy
Présidentes et Présidents de clubs,

Si vous ne comprenez pas où va l'argent des licences collecté par les clubs d'échecs et remonté à la FFE, alors VOTEZ DORNBUSCH, le seul candidat à exiger un AUDIT des comptes de la FFE et de son fonctionnement par un cabinet extérieur et indépendant.

NOTRE LISTE ET PROGRAMME - NOTRE VIDEO - NOS VALEURS

Les résultats de notre enquête sur la FFE - Rejoignez-nous !

lundi 1 juin 2015

Voyage au royaume des échecs

Notre sélection de livres - Débuter aux échecs - Jouer en ligne

Un livre qui met en avant les valeurs éducatives et culturelles des échecs

 Voyage au royaume des échecs

Voici un ouvrage de 1976 des soviétiques Youri Averbach et Beyline, à la fois une initiation et un guide, qui vous donnera très certainement le virus des échecs. Comme le dit si justement Chantal Chaudé de Silans dans sa préface, tous ceux qui commenceront avec un tel guide leur voyage au royaume des échecs voudront le continuer. Grâce à l’excellente traduction de Nathalie Otchane, le texte français est aussi vivant que le texte russe, et permettra à ses lecteurs de se retrouver rapidement à l’aise dans ce royaume un peu mystérieux où ils ont tout à découvrir, et qui leur réserve tant de joies.



James Bond - John Barry

dans

Comme son titre l’indique, ce livre est un vade-mecum. Il conduira ceux qui le suivront, sans même qu’ils s’en aperçoivent, assez loin dans les chemins de notre royaume enchanté, mais toujours par les voies les plus courtes. Sa simplicité n’est pas qu’apparente : elle reflète parfaitement celle des principes de notre jeu. Mais ceux-ci, pour simples qu’ils soient, permettent à l’intelligence humaine d’y exprimer toutes ses complications, sa logique comme ses ambiguïtés.

Aucune discipline n’apprend, comme les échecs, à maîtriser sa pensée. A ce point de vue, leur valeur éducative et culturelle est immense, comme l’ont parfaitement compris en leur temps les autorités soviétiques. On commence en France à s’en apercevoir, si bien que ce livre d’Averbach et de Beyline bien qu’anciennement publié (1976) peut aujourd’hui éclairer encore bien des esprits.

Pour en savoir plus : Notre chronique Livres

Xavier Tartacover (1887–1956) - Celui qui prend des risques peut perdre, celui qui n'en prend pas perd toujours.

2007-2016 © Chess & Strategy
Accueil - A propos - Mentions légales