Échecs & Stratégie: 01/07/15 - 01/08/15

jeudi 30 juillet 2015

Bienne : Maxime Vachier-Lagrave vainqueur !

Notre sélection de livres/logiciels - Débuter aux échecs - Jouer en ligne

Le n°1 des échecs français Maxime Vachier-Lagrave remporte le tournoi de grands-maîtres de Bienne 2015 après sa victoire lors de l'ultime ronde face au dernier Richard Rapport.

Qui est MVL ? L'interview du Français en 99 secondes par Power Play Chess !

Les appariements et résultats de la ronde 10 du jeudi 30 juillet à 14h

  • Pavel Eljanov (2723) 0-1 Michael Adams (2740)
  • Maxime Vachier-Lagrave (2731) 1-0 Richard Rapport (2671)
  • Radoslaw Wojtaszek (2733) 1/2 David Navara (2724)
L'interview de 99 secondes de Maxime Vachier-Lagrave - Photo © site officiel

Ronde 9 : le Français Maxime Vachier-Lagrave s'impose face au Tchèque Navarra et s'empare de la 1ère place provisoire du tournoi avec 5.5 points sur 9, à égalité avec le Polonais Radoslaw Wojtaszek - Photo © site officiel

Le classement du 48e festival international d'échecs de Bienne.

Le classement du 48e festival international d'échecs de Bienne

Les appariements et résultats de la ronde 9 (revoir la ronde 8)

  • Richard Rapport (2671) 0-1 Pavel Eljanov (2723)
  • David Navara (2724) 0-1 Maxime Vachier-Lagrave (2731)
  • Michael Adams (2740) 1/2 Radoslaw Wojtaszek (2733)

Le résumé de la ronde 9. Nouvelle ronde passionnante à Bienne, cette fois avec deux nouvelles victoires noires. Maxime Vachier-Lagrave démolit Navara sur une Anglaise, dominant le joueur tchèque avec un pion libre qui s'avère plutôt empoisonné. MVL stope net l'ascension de son adversaire et partage la première place avec le Polonais Wojtaszek, qui a annulé face à Adams. Rapport perd une fois de plus, cette fois contre Eljanov, et occupe la dernière place avec seulement 2 points. [Analyse de la partie de MVL, ci-dessous].

Pour en savoir plus : Le site officiel

mercredi 29 juillet 2015

Question people sur les échecs

Notre sélection de livres/logiciels - Débuter aux échecs - Jouer en ligne

Sauriez-vous reconnaître ce célèbre joueur d'échecs suédois, vainqueur de nombreux tournois dans les années 70-80 ?

La question people sur les échecs © Chess & Strategy

Né en 1951 à Västerås en Suède, ce joueur d'échecs a obtenu le titre de maître international en 1970 et celui de grand maître international en 1972. Il est également grand-maître au jeu d'échecs par correspondance.

Joueur de style positionnel et très solide, ce Suédois est aussi connu comme un grand joueur de finales (en particulier les finales de pions). Il est aussi considéré comme un des pionniers de la formation en hérisson dans les années 1970, système par la suite adopté par certains des plus forts joueurs mondiaux. Pourriez-vous citer son patronyme ?



Envoyez-nous votre proposition par mail avant ce samedi à 8 heures du matin pour gagner la Palme d'Or Chess & Strategy. Bonne chance à tous!

Une vie sans échecs

Ses victoires, nombreuses, incluent le mémorial Capablanca en 1974 et 1975, le tournoi de Belgrade en 1977, le tournoi de Buenos Aires en 1978, Hastings en 1978 et 1979, Turin en 1982, Wijk aan Zee en 1983, Rome en 1985 et 1986, Reggio Emilia en 1985-1986.

La palme d'or des échecs de Chess & Strategy

Et bien sûr, n'hésitez pas à recommander Chess & Strategy auprès de vos amis, qu'ils soient amateurs d'échecs, de musique, de cinéma ou encore de littérature.

Retrouvez toutes nos questions people du mercredi.

Bienne 08: MVL bat Adams

Notre sélection de livres/logiciels - Débuter aux échecs - Jouer en ligne

Le numéro un des échecs français Maxime Vachier-Lagrave participe au 48e festival international de Bienne du 18 au 31 juillet 2015.

Ronde 8: Maxime Vachier-Lagrave (2731) 1-0 Michael Adams (2740) - Photo © site officiel

Ronde 8: le Français Maxime Vachier-Lagrave s'impose pour la seconde fois face au Britannique Michael Adams (2740) et s'empare de la 3e place provisoire du tournoi avec 4.5 points sur 8 - Photo © site officiel

Le classement du 48e festival international d'échecs de Bienne.

Le classement du 48e festival international d'échecs de Bienne

Les appariements et résultats de la ronde 8 (revoir la ronde 7)

  • Pavel Eljanov (2723) 1/2 Radoslaw Wojtaszek (2733)
  • Richard Rapport (2671) 0-1 David Navara (2724)
  • Maxime Vachier-Lagrave (2731) 1-0 Michael Adams (2740)

Le résumé de la ronde 8. Même si le super tournoi de Bienne arrive à son épilogue, l'esprit sportif est toujours présent. Deux parties décisives ont marqué cette ronde hier, et la seule nulle aurait même pu se transformer facilement en victoire pour Eljanov dans son duel contre Wojtaszek. Le Polonais a survécu et partage la première place avec Navara, qui a simplement "éjecté" Rapport de l'échiquier. Le Français Maxime Vachier-Lagrave a mis la pression sur Adams avec sa paire de Fous, lequel a finalement craqué [Analyse de la partie ci-dessous].

Les moments forts de la 8e ronde du tournoi de grands-maîtres de Bienne 2015, commentés en vidéo par Rustam Kasimdzhanov.

Les appariements et résultats de la ronde 9 du mercredi 29 juillet à 14h

  • Richard Rapport (2671) 0-1 Pavel Eljanov (2723)
  • David Navara (2724) 0-1 Maxime Vachier-Lagrave (2731)
  • Michael Adams (2740) 1/2 Radoslaw Wojtaszek (2733)

Pour en savoir plus : Le site officiel

Les échecs en France par Polo Breitner

Notre sélection de livres/logiciels - Débuter aux échecs - Jouer en ligne

Interview de Polo Breitner, l'auteur sur Slate du fameux article sur les échecs qui pointe les faiblesses chroniques de la France parmi les nations échiquéennes.

Philippe Dornbusch au Musée de Tel Aviv : La parole est à nos lecteurs © Chess & Strategy
La parole est à nos lecteurs sur Chess & Strategy !

Aujourd'hui, nous ouvrons volontiers nos colonnes à Polo Breitner, amateur fin et éclairé du jeu d'échecs et ancien chroniqueur estampillé football allemand sur RMC et Eurosport, au pseudonyme en hommage au grand footballeur allemand et esprit libre Paul Breitner.

Illustration photo: Philippe Dornbusch au Musée d'Art de Tel Aviv © Chess & Strategy

Comment avez-vous appris à jouer aux échecs ?

Au début, ce ne sont pas forcément de bons souvenirs. Les relations avec mon beau-père étaient compliquées. Il m’a appris la marche des pièces vers 7-8 ans, me battait tout le temps. J’ai alors décidé de rentrer dans une MJC pour apprendre, pour le dépasser. Puis, je me suis retrouvé en internat militaire vers 10 ans, à Autun en Saône-et-Loire, il y avait un club tenu par mon professeur de mathématiques. Il était ancien champion de Bourgogne…de Boxe ! Il nous le faisait savoir et le tableau noir s’en souvient encore. Nous étions morts de trouille à chaque fois qu’il rendait les copies ! Moi, il me protégeait car je gagnais des parties pour le bahut. J’ai connu le GM Prié et le MI Vareille, notamment, lesquels faisaient leur service. Ensuite, il y a des coups de cœur, des vrais. La découverte d’une partie d’Anderssen, pas l’Immortelle mais l’autre contre Dufresne. Cette combinaison et la position finale avec les deux fous et le pion en f6 pour mater ! Ce n’est pas humain, c’est mystique ! C’est à ce moment là que j’ai compris que je n’étais rien face à la puissance de ce jeu. Une formidable leçon d’humilité. Ou bien une autre partie découverte dans La défunte « Revue des Echecs » je crois : une partie Nunn-Haïk du Championnat de Paris 1983 qui me fera aimer immédiatement la Dragon accélérée malgré la défaite du Français ou bien la découverte du Gambit de Belgrade joué alors par Eric Prié de mémoire.

Et vous avez atteint quel niveau ? Vous pratiquez encore ?

Comme beaucoup d’amateurs, ma vie professionnelle a pris le pas sur le reste. J’ai très peu pratiqué en fait. Mon premier tournoi : Metz en 1989, il y avait Miles, le jeune Sadler, Haïk. Que des joueurs aperçus furtivement dans des livres ou des revues. Je crois que je suis monté à 2050 Fide, ma meilleure perf. ? 2165 en intercercles d’entreprises au début des années 2000. Et dire que je prenais l'avion de l'étranger rien que pour jouer une partie à Paname puis de nouveau direction Roissy. C’était un sentiment de plénitude à ce moment. Pas d’avoir percé le mystère des 64 cases -loin de là- mais simplement l’impression de jouer des parties « propres », le sentiment de « voir » à peu près tout. Même si je n’avais pas le niveau pour concurrencer des grands joueurs, je regrette de n’avoir jamais eu de structures autour de moi, pour apprendre le b.a.-ba des finales par exemple. Lorsque je vois les plus jeunes aujourd’hui, pris en charge par les clubs, sans parler des coaches privés ou bien des bases de données…pfff. Je ne jalouse pas, je compare les époques simplement.

Polo Breitner contre Edwin Bhend au tournoi d'échecs de Bâle en 2014

J’ai repris il y a dix-huit mois, au très fort Schachfestival de Bâle en 2014, que je recommande à tous vos internautes, rien que pour apercevoir des anciennes gloires comme Hort ou Andersson.

A la première ronde, j’ai dominé outrageusement la légende suisse Edwin Bhend (voir photo ci-contre), lequel a par le passé battu Tal, puis la pendule m’a joué des tours. Je suis habitué à l’ancienne cadence 40c/2h. Maintenant avec les nouvelles incrémentations, mon cerveau ne suit pas, ou plus, -un souci que beaucoup de joueurs de plus de 40 ans ont apparemment- j’ai fini par perdre une position que n’importe quelle « mazette » aurait gagné. J’étais furax, au fond du trou. Je me suis excusé de ma mauvaise humeur, au bar de l’Hôtel, avec mon adversaire. Les échecs c’est l’école de la frustration aussi. Tu peux simplement jouer les Icare. Depuis, je cherche à refaire une belle partie…j’attends toujours (rires).

C’est quoi le bonheur d’être amateur aux échecs ?

Pour moi, c’est d’être en harmonie avec son répertoire. Tu ne joues pas forcément les lignes les plus tranchantes « pour faire comme si » mais tu développes des idées, des plans que tu comprends, à ton niveau. Tu te respectes en fait, tu es simplement « toi » avec tes carences. Jouer la « Najdorf » ou la « Grünfeld » parce que c’est hype et ne rien comprendre à la position dès que la théorie s’éloigne…par pitié. Ensuite, c’est de suivre, avec mon ordinateur, des parties que je considère comme fascinantes, soit parce qu’on sent une « préparation » -je pense à la défaite par exemple de Maxime avec les noirs contre Giri en 2014 à Bienne. Quel travail « à la maison » du Néerlandais ! Soit parce qu’elles sont intéressantes. Pour rester sur "Max", je pense à l’idée f6 de Jobava dans la Caro-Kahn lors du Fide Grand Prix 2015 ou bien celle l’opposant à Ivantchouk en 2014 à Gibraltar. Ce sont des parties que je « comprends ». Honnêtement, c’est le pied !

Vous suivez les tournois en direct ?

Oui, évidemment, dès que possible ! Je m’énerve même parfois derrière mon écran ! Surtout lorsque les Français jouent ou bien mes joueurs préférés. J’aime bien le style de Bauer et le « Kalash band » : Cornette, « Libi », Nataf. Et, bien entendu, tous les grands évènements. En ce moment je suis gâté, il y a Bienne avec Maxime et Richard (Rapport). J’adore ce dernier, son style, le fait aussi qu’il joue des variantes peu connues ou sujettes à caution comme la défense Tchigorine. Sa partie de la quatrième ronde contre MVL me plait. 99% des gens vont penser -« il échange les Dames, il veut la nulle »- mais c’est archi-faux, on est typiquement dans une variante « les Blancs n’ont pas d’avantage mais les Noirs ont des problèmes » que n’importe quel amateur peut concevoir. Mednis avait écrit d’excellents bouquins là-dessus et traduits en français qui plus est ! Je suis de cette « école ». Rapport fait le spectacle, il gagnera le respect du public grâce à cela, comme Chirov avant. Ces deux joueurs ne seront pas champions du monde. On s’en fiche du résultat ! Tu mets le feu !

Dans votre profession, vous connaissez des gens qui pratiquent le jeu d'échecs ?

Oui. Par exemple, mon ancien comparse sur RMC, le spécialiste du football anglais, le très "british" Philippe Auclair. Il suit aussi les tournois. Nous avions même commencé une partie a l'aveugle une fois en direct à l'antenne, lui de Londres, moi en studio ou à l'étranger, je ne sais plus. Entre Rooney et Müller, nous avions réussi à placer une Richter-Rauzer ! C'est un spécialiste de la Benoni si mes souvenirs sont exacts.

Pourquoi cet article sur les Echecs dans Slate ?

En fait, c’était sur un coup de tête, presque un coup de gueule. J’en avais un peu ras-le-bol de voir l’évolution de cette discipline dans le monde, la classe du club de Saint-Louis, l’arrivée des jeunes Chinois, des Indiens, les nouveaux moyens de financement qui ne passaient jamais par l’Hexagone, etc. Aussi, ai-je demandé à mon ancien « boss » chez Eurosport qui écrit pour Slate, s’il pouvait me donner le nom du rédac-chef, afin de lui proposer un papier. Ils ont répondu positivement très rapidement, me stipulant que cette discipline intéressait paradoxalement beaucoup de lecteurs. Cela confirme, au minimum que les échecs fascinent, intriguent, non ?

Vous avez eu des retours ?

Beaucoup ! Je fus le premier surpris. Des messages de félicitations. Certains journalistes de renom en France ont même retweeté l’article. Lors de sa parution, je disputais l’Open A du championnat de Paris, des gens en parlaient ouvertement autour de moi. Ce fut quelque peu cocasse, je riais intérieurement.

Votre article rappelle la puissance géostratégique des échecs. Il met aussi en demeure les échecs français à tenir leur rôle Pouvez-vous faire un état des lieux critique de la place qui est la leur d'après vous, dans le concert des Nations d'Echecs ?

Précisons une chose très rapidement si vous le voulez bien. Je ne mets personne en demeure. De quel droit ? Je ne vise personne dans cet article, ni l’actuelle direction de la FFE, ni les anciennes, ni les clubs, ni X, Y ou Z. J’essaie d’avoir une vision systémique et j’en sors une vérité, tout du moins « ma » vérité. Elle est subjective bien entendu. On peut, par exemple, me rappeler que le premier titré GMI français, en l’occurrence Bachar Kouatly, ne date que de 1989. Combien y en a-t-il aujourd’hui ? Une quarantaine. Ok ! Maintenant est ce qu’ils vivent bien de leur profession ou est-ce un pis-aller, un système inflationniste ? Que Joël Lautier soit candidat au titre mondial en 1994 contre Jan Timman, que les résultats actuels de l’équipe de France soient sans commune mesure avec ceux des années 70-80 dans les compétitions internationales, j’en suis bien conscient. Moi, je me suis intéressé au système de production des champions ainsi que de la volonté politique. Et là, je pointe du doigt le modèle français actuel.

Vous critiquez les structures tout de même

Je ne critique pas le modèle. J’en suis issu et très reconnaissant ! C’est notre héritage. Là, où j’ai des doutes, c’est sur sa viabilité sur le long terme. Est-il compatible avec une globalisation en marche ? De mon point de vue aucunement. J’ai écrit mon article bien avant la parution du dernier Europe-Echecs et je constate deux excellentes interviews dans la revue sur ce que pense le président du club de Bischwiller, champion de France par équipes en 2015, et la « traitrise » des élus niçois sur les subventions. En quoi cela diffère-t-il de mon point de vue ? On en revient toujours au même. Si vous avez la chance d’avoir des élus nationaux ou régionaux qui pratiquent la discipline alors vous êtes bien lotis. Sinon vous vous retrouvez à coté des pratiquants du nain jaune ou des petits chevaux. Désolé pour ces deux dernières activités mais l’influence géostratégique et historique n’est pas la même.

D’où vient le problème alors ?

Le système est bancal d’une part parce que nos élites politiques ne connaissent pas l’histoire de ce jeu et d’autre part parce que le système fédéral veut s’occuper de tout, des amateurs comme des professionnels. Cela est aussi vrai dans d’autres activités d’ailleurs. Il suffit de regarder ce qui se passe dans le football français actuellement et la guerre entre la LFP et la FFF. A cela vient se rajouter chez nous une tradition de la chasse à la subvention et le problème du modèle économique pour le noble jeu. Encore que là aussi, il y aurait beaucoup à dire. Or, et c’est une tendance mondiale, quelle que soit l’activité tout ce qui est du domaine de l’élite, de la performance, est financée par le privé. La contrepartie on la connait, c’est le branding, l’image de marque.

Vous avez un exemple concret ?

Vous n’en avez pas marre que les « cultureux » vous parlent à longueur de temps de Marcel Duchamp et du jeu d’échecs ? Cela se cantonne à des discussions germanopratines ! Sinon vous pensez démarcher des entreprises sur un air de Philidor ? Vous construisez l’imaginaire des mômes du XXIème siècle avec Philidor et Duchamp ? J’ai un doute là. Par contre relier les 64 cases avec le développement de l’industrie du numérique, est-ce une mauvaise idée ? Nous entrons dans l’air de l’économie du savoir, celle de la connaissance et, en France, on ne voit aucune passerelle se créer. Chaque année, les Grandes Ecoles nationales s’affrontent autour des échiquiers -on se demande bien pourquoi sauf à reconnaitre les qualités des échecs pour le développement de la personne- les étudiants sont bardés des plus grands diplômes, toutes les entreprises, y compris à l’international, se les arrachent et nous n’arrivons pas à associer l’image du jeu d’échecs avec l’élite de la France et le privé, les grands conglomérats ? A décrocher du sponsoring pour la masse ? Nous marchons sur la tête d’autant plus que cette activité ne coûte rien. Quant au championnat inter-entreprises des échecs, ne pourrait-il pas être une belle vitrine à l’avenir ? Avec des sociétés qui s’engagent ? SOCAR Bakou existe et remporte la coupe d’Europe des clubs en 2014 mais TOTAL Clichy serait, par contre, du domaine de l’utopie ?

Le modèle est donc à repenser ?

Il faut surtout des gens qui réfléchissent, qu’ils soient innovants ! Lorsque je parle « d’un communisme mou à la française », je critique les habitudes prises par des décideurs qui estiment que « c’est comme ça » et qui se mettent à pleurer dès que la subvention n’arrive pas. Et vu les finances publiques, le transfert des compétences de l’Etat vers les régions, cela risque de ne pas s’arranger.

Cela ne signifie nullement qu’il ne faut pas remercier et même embrasser sur le front les bénévoles, les directeurs de clubs pour leur engagement. Je pense à deux « Dédé ». André Clauzel que je ne connais pas mais dont on m’a dit le plus grand bien et André Marchand que j’ai agréablement revu lors des championnats de Paris. Ces hommes là, l’Etat devrait leur donner la médaille du Mérite ! Ils sont la pierre angulaire du système.

Vous n’êtes pas contre l’amateurisme alors ?

Mais absolument pas ! Je dis juste que les objectifs et les finalités des professionnels et des amateurs ne sont pas les mêmes. Ils ne sont pas opposés, ils sont différents, peut-être complémentaires. Encore une fois, que propose-t-on aujourd’hui comme tournoi fermé en France pour nos talents de demain ? Quelles sont nos filières de développement ? De reconversion pour nos professionnels ? Quelle est la renommée de nos tournois à l’international ? Nada ! Comment voulez-vous attirer des sponsors ? Et tout cela financé en grande partie par une force publique inerte dont la besace est bien percée. Où est le gain pour la communauté des échecs français en particulier et pour la nation en général ? 0+0 = la tête à toto ! Si je compare avec le tournoi de Londres, je vois des responsables de l’organisation, sur le net, qui appelle ouvertement la population à faire des dons avec le slogan « vous voulez un plateau de qualité alors donnez » et tous les moyens de paiements défilent en bas.

L’Education nationale pousse au développement de la discipline pourtant…

Mais oui ! Mais c’est là toute notre chance. Il y a une fenêtre de tir. Mais l’EN pousse afin d’éviter que les gamins trainent dehors et que le jeu d’échecs, ne coûtant rien, est un bon palliatif, ou bien parce que le mammouth a compris les bienfaits de cette discipline pour les jeunes ? J’ai peur qu’il n’y ait qu’un développement administratif des 64 cases dans les écoles, basé sur une pédagogie-maison et non un apprentissage populaire de la discipline, à la Howard Zinn. Si on apprend les échecs comme on m’a forcé à apprendre par cœur la Lorelei en cours d’allemand, je ne suis pas persuadé du bien-fondé de la chose. A ce stade, pour les enfants, c’est le plaisir qu’il faut développer, pas la contrainte. Et pour transmettre une culture populaire dans la société civile, il vaut mieux la propager d’une façon sympathique, non ?

On devrait se rappeler pourquoi au sujet du jeu d’échecs Nicolas II de Russie et Lénine étaient sur la même longueur d’onde ! C’était pourtant le grand écart question obédience politique.

Vous êtes optimiste sur l’avenir de cette discipline en France ?

Ni optimiste, ni pessimiste puisque ce n’est que d’une volonté politique nationale que peut arriver le changement. Je crois déceler le potentiel en France. A Saint-Etienne, où je vis une partie de l’année, nous avons fait descendre les échecs dans la rue. C’était la première fois depuis des lustres. Les gens nous demandaient « mais pourquoi la municipalité n’installe-t-elle pas des échiquiers tout le temps dans les parcs ? Je reviens de Suisse, il n’y a que ça ! », ou un père de famille nous annonçant que lui « ne jouait pas mais que son fils devait apprendre car ce jeu forme l’esprit ». C’est la « décence ordinaire » du peuple qui parle. Une personne sur trois s’arrêtait pour jouer un blitz avant de retourner au boulot ou d’aller chercher les enfants à l’école. Un vrai petit succès pour une première !

Tout ce que je peux vous dire, c’est que je dois rendre, pour la rentrée, un rapport sur la situation des échecs en France et les passerelles possibles avec le ballon rond à un président d’un club de football évoluant en L1. On verra. J’espère aussi rencontrer bientôt un actionnaire minoritaire d’un autre club professionnel du championnat de France qui lui sait déplacer les pièces. Je regarde ce qu’il se passe à l’étranger, notamment en Allemagne. Je ne suis pas un doux rêveur donc je cherche des modèles économiques les plus pérennes possibles.

Un souhait alors ?

Un vieux rêve plutôt, celui avec ma femme (elle ne pratique pas mais j'avais besoin de son ressenti pour "sentir l'animal" afin de le transmettre aux béotiens) d'écrire une bio sur Lautier, j'étais fou de lui, le pousser dans ses derniers retranchements, comprendre pourquoi il n'est pas devenu champion du monde alors que c'était un tueur. Le décortiquer, le désosser. Bienne 1990 et l'apprentissage face à Karpov. Son match contre Sokolov en 92 puis Kramnik en 93. Recommencer le match contre Timman, son choix du GDA, lui demander son avis sur l'évolution des Echecs, d'analyser ses parties, quelques unes seulement, mais en profondeur pour les lecteurs, pourquoi e4 en 1996 ? Lautier, c'est Le champion français !

Merci Polo

Merci surtout à Chess and Strategy d’avoir relayé mon papier sur Slate

Pour en savoir plus : L'article du Magazine Slate

mardi 28 juillet 2015

Bienne 07: Wojtaszek leader

Notre sélection de livres/logiciels - Débuter aux échecs - Jouer en ligne

Le numéro un des échecs français Maxime Vachier-Lagrave participe au 48e festival international de Bienne du 18 au 31 juillet 2015.

Ronde 7: Radoslaw Wojtaszek (2733) 1-0 Maxime Vachier-Lagrave (2731) - Photo © site officiel

Ronde 7: le Polonais Radoslaw Wojtaszek s'impose face au Français Maxime Vachier-Lagrave et s'empare de la première place provisoire du tournoi avec 4.5 points sur 7 - Photo © site officiel

Le classement du 48e festival international d'échecs de Bienne.

Le classement du 48e festival international d'échecs de Bienne

Les appariements et résultats de la ronde 7 (revoir la ronde 6)

  • Radoslaw Wojtaszek (2733) 1-0 Maxime Vachier-Lagrave (2731)
  • David Navara (2724) 1/2 Pavel Eljanov (2723)
  • Michael Adams (2740) 1-0 Richard Rapport (2671)

Le résumé de la ronde 7. Deux des trois leaders se rencontraient hier, et Radoslaw Wojtaszek en sort vainqueur après un long massage positionnel face à Maxime Vachier-Lagrave. David Navara réussit seulement à annuler avec les Blancs contre Eljanov après un milieu de jeu compliqué aboutissant à une finale égale. Enfin, Adams revient en force à la deuxième place en battant Richard Rapport qui a résisté très longtemps avec une pièce de moins.

Les moments forts de la 7e ronde du tournoi de grands-maîtres de Bienne 2015, commentés en vidéo par Rustam Kasimdzhanov.

Les appariements et résultats de la ronde 8 du mardi 28 juillet à 14h

  • Pavel Eljanov (2723) 1/2 Radoslaw Wojtaszek (2733)
  • Richard Rapport (2671) 0-1 David Navara (2724)
  • Maxime Vachier-Lagrave (2731) 1-0 Michael Adams (2740)

Pour en savoir plus : Le site officiel

lundi 27 juillet 2015

Bienne 06 : Adams surprend Navara

Notre sélection de livres/logiciels - Débuter aux échecs - Jouer en ligne

Le numéro un des échecs français Maxime Vachier-Lagrave participe au 48e festival international de Bienne du 18 au 31 juillet 2015.

Ronde 6: Michael Adams gagne pour la seconde fois face à David Navara - Photo © site officiel

Ronde 6: Michael Adams gagne pour la seconde fois face à David Navara. Sur les six première parties du tournoi, le britannique totalise 3 points avec 2 gains, 2 nulles et 2 défaites, soit 50% des points - Photo © site officiel

Le classement du 48e festival international d'échecs de Bienne.

Les appariements et résultats de la ronde 6 (revoir la ronde 5)

  • Richard Rapport (2671) 0-1 Radoslaw Wojtaszek (2733)
  • Pavel Eljanov (2723) 1/2 Maxime Vachier-Lagrave (2731)
  • David Navara (2724) 0-1 Michael Adams (2740)

Le résumé de la ronde 6. La veille du jour de repos, on a failli avoir 3 victoires noires! Adams bat Navara après que le joueur d'échecs tchèque ait permis quelques sacrifices évidents pour détruire sa position. Mauvais choix d'ouverture pour Richard Rapport qui laisse un pion sans compensation avant le 10e coup et perd logiquement face au Polonais Radoslaw Wojtaszek. Enfin, le Français Maxime Vachier-Lagrave qui semblait bien parti pour la 3e victoire noire du jour, faiblit ensuite contre Eljanov, et lui laisse trop trop de contre-jeu. Nulle.

Les moments forts de la 6e ronde du tournoi de grands-maîtres de Bienne 2015, commentés cette en vidéo par Rustam Kasimdzhanov.

Les appariements et résultats de la ronde 7 du lundi 27 juillet à 14h

  • Radoslaw Wojtaszek (2733) 1-0 Maxime Vachier-Lagrave (2731)
  • David Navara (2724) 1/2 Pavel Eljanov (2723)
  • Michael Adams (2740) 1-0 Richard Rapport (2671)

Pour en savoir plus : Le site officiel

Le 30e open d'Avoine avec Kasparov

Notre sélection de livres/logiciels - Débuter aux échecs - Jouer en ligne

Le 30e Open International d'échecs d'Avoine se déroule du 18 au 26 juillet 2015 avec un certain Kasparov !

Résultat final : l'Ukrainien Sergey Fedorchuk remporte le 30e Open d'Avoine en solo avec 7.5 sur 9 devant le Roumain Vladislav Nevednichy. La belle roumaine Irina Bulmaga complète le podium.


Le clip de présentation de cet événement échiquéen international qui regroupe plus de 300 joueurs ! La Palme de Platine 2013 de Jean-Louis SALVAING
Le joueur du Belarus Sergey Kasparov (2497) joue l'Open d'Avoine © Chess & Strategy

Cette fois pas de doute, le tournoi d'échecs d'Avoine s'est imposé parmi les tournois français où il faut absolument pousser ses pions. Parmi les participants, de nombreux titrés - grands-maîtres et maîtres internationaux -, ont inscrit cette compétition à leur agenda. La qualité de l'organisation et la chaleur de l'accueil n'y sont pas étranger.




My Moon My Man - Leslie Feist

En piste pour le 30e Open avec un certain Kasparov, d'accord pas Garry mais Sergey quand même, un joueur du Belarus au classement qui frôle les 2500 points Elo. Rappelons que Chess & Strategy est le partenaire média de l'événement.

Pour ne rien rater de l'actualité échiquéenne : Le calendrier des tournois

La liste des inscrits - Le Direct Live - Les résultats

Nos pages Facebook, Twitter et Google +

Pour en savoir plus : Le site officiel

samedi 25 juillet 2015

Bienne 05 : Adams et Eljanov ratent le coche

Notre sélection de livres/logiciels - Débuter aux échecs - Jouer en ligne

Le numéro un des échecs français Maxime Vachier-Lagrave participe au 48e festival international de Bienne du 18 au 31 juillet 2015.

Ronde 5: Radoslaw Wojatszek annule face à Michael Adams. L'Anglais a semblé dominer son adversaire, mais n'a pas pu conclure aux moments clés de la partie - Photo © site officiel

Ronde 5: le Polonais Radoslaw Wojatszeka a d'abord pris l'avantage puis a dû résister face au retour d'Adams dans une position compromise. L'Anglais n'a pas pu conclure aux moments clés de la partie - Photo © site officiel

Les appariements et résultats de la ronde 5 (revoir la ronde 4)

  • Pavel Eljanov (2723) 1/2 Richard Rapport (2671)
  • Maxime Vachier-Lagrave (2731) 1/2 David Navara (2724)
  • Radoslaw Wojtaszek (2733) 1/2 Michael Adams (2740)

Le résumé de la ronde 5. Nous sommes arrivés à la moitié du tournoi de Bienne en 10 rondes, et c'est David Navara qui mène après une 5e ronde qui a vu 3 nulles.Le Tchèque avec les Noirs a égalisé sans problème contre Maxime Vachier-Lagrave sur une défense Caro-Kann. En revanche, les deux autres nulles obtenues par Rapport et Wojtaszek, ont été nettement plus disputées. Le joueur d'échecs polonais était dans les cordes contre Adams, mais a finalement tenu bon, tandis que le très inventif Hongrois Richard Rapport trouvait un sauvetage miraculeux pour éviter une défaite face à l'Ukrainien Pavel Eljanov.

Le classement du 48e festival international d'échecs de Bienne.

La créativité aux échecs : une nouvelle partie fascinante de Richard Rapport qui trouve la manière d'annuler dans une position très passive face à Eljanov.

Les moments forts de la 5e ronde du tournoi de grands-maîtres de Bienne 2015, commentés en vidéo par Daniel King avec les interviews des joueurs.

Les appariements et résultats de la ronde 6

  • Richard Rapport (2671) 0-1 Radoslaw Wojtaszek (2733)
  • Pavel Eljanov (2723) 1/2 Maxime Vachier-Lagrave (2731)
  • David Navara (2724) 0-1 Michael Adams (2740)

Pour en savoir plus : Le site officiel

Quizz sur les échecs

Notre sélection de livres/logiciels - Débuter aux échecs - Jouer en ligne

Sauriez-vous reconnaître ce célèbre joueur d'échecs, inventeur d'une ouverture très populaire, photographié en 1973 à Wijk-aan-Zee?

La question people sur les échecs © Chess & Strategy

Né en 1910 à Grodzisk Mazowiecki, près de Varsovie, et mort le 4 juillet 1997 à Malaga, ce joueur d'échecs d'origine juive polonaise, a obtenu la nationalité argentine pendant la Seconde Guerre mondiale.


Get Lucky - Daft Punk

Ses débuts brilliants aux échecs. Il suit d'abord les cours de David Przepiórka, puis de Xavier Tartakower, auquel il s'est toujours référé comme « mon maître ». Au début de sa carrière, en 1929, il bat Glücksberg dans une partie célèbre connue comme L'Immortelle polonaise. En septembre 1939, l'éclatement de la Seconde Guerre mondiale le retient à Buenos Aires, où il participait à la 8e Olympiade, représentant la Pologne au deuxième échiquier. Juif polonais, tout comme deux autres membres de l'équipe, Tartakover et Frydman, il comprit ce qui était en train de se passer en Pologne et décida de rester en Argentine. De nombreux joueurs, juifs ou non, en firent de même, perdant ainsi leurs liens familiaux et personnels, mais échappant ainsi à la Shoah. Il obtient cependant de brillants résultats au 2e échiquier à Buenos Aires (+12 -2 =4). Pourriez-vous citer son patronyme ?

Une vie sans échec

Joueur d'échecs actif jusqu'à la fin de sa vie, en 1979, à 69 ans, il partageait encore la deuxième place dans un très fort tournoi à Buenos Aires avec 8 points sur 13, derrière Bent Larsen à 11 points sur 13, mais devant les anciens champions du monde Tigran Petrossian et Boris Spassky.

Sa personnalité vive avait fait de lui l'un des joueurs d'échecs les plus populaires, et il est probable qu'à l'instar de son mentor, Tartakover, ses mots d'esprit y soient également pour quelque chose. Il remarque par exemple, après le match de 1970 : « Quand Boris Spassky vous offre une pièce, vous feriez bien d'abandonner sur le champ. Mais quand Mikhail Tal offre une pièce, il vaut mieux continuer à jouer, car il pourrait vous en offrir encore une, puis une autre, et qui sait ? »

Les Palmes de la semaine : La Palme d'Or Chess & Strategy de cette semaine revient à Jean Audoubert, premier lecteur à avoir répondu brillamment mercredi à 10h47 précises. La Palme d'Argent est décrochée par Jean-Marie Barré à 10h53, à six petites minutes de l'Or stratégique.

Echecs & People : Gagnez la palme d'Or Chess & Strategy

Enfin, la Palme de Bronze revient à Samuel Rembert à 12h44, à 1h51 de la Palme d'Argent. L'horodatage des réponses des candidats est réalisé par Maître Founiasse - célébrissime huissier de justice - avec une double vérification sur Thunderbird et Gandi Webmail !

Bravo à Jean, Jean-Marie et Samuel. Un grand MERCI à vous, chers lectrices et lecteurs, pour votre très forte participation.

Retrouver toutes nos questions people du mercredi

Tournoi d'échecs de grands-maîtres à Jérusalem

Télécharger les parties - Rejouer les parties - Le classement

Le club d'échecs de Jérusalem organise un tournoi fermé de grands-maîtres du 13 au 23 juillet 2015 avec le MI Français Gabriel Battaglini

Le grand-maître russe Semen Dvoirys remporte le tournoi d'échecs de Jérusalem avec 7 points sur 9 - Photo © Chess & Strategy

Le grand-maître russe Semen Dvoirys remporte le tournoi d'échecs de Jérusalem avec 7 points sur 9.

La grille américaine finale du tournoi d'échecs de Jérusalem.

Le MI d'échecs Français Gabriel Battaglini - Photo © Chess & Strategy

Le Maître International Français Gabriel Battaglini finit 4e du tournoi d'échecs de Jérusalem avec 5.5 points sur 9. Retrouvez son parcours ronde après ronde, ci-dessous.

Le point après la 9e et ultime rondes: défaite amère lors de la dernière ronde pour Gabriel Battaglini (2449) dans le tournoi d'échecs de Jérusalem, face au maître Fide Philip Zisman (2308) actuel champion de Jérusalem - voir la vidéo ci-dessous. A 5.5 points sur 9, le Français termine à la 4e place du tournoi avec 5.5 points sur 9. Au final, le grand-maître russe Semen Dvoirys (2550) prend une logique première place avec 7 points sur 9. Le jeune Ariel Erenberg (2306) finit second et continue à engranger de l'expérience et des points Elo ! Enfin, Mikhail Nedobora (2379) complète le podium à 6 points.

Le point après 8 rondes: nouvelle victoire de Gabriel Battaglini (2449) dans le tournoi d'échecs de Jérusalem, cette fois face au petit poucet Daniel Moskovich (2164). A 5.5 points sur 8, le Français 3e n'est plus qu'à un demi-point des deux leaders Ariel Erenberg (2306) et Semen Dvoirys (2550), avant l'ultime ronde. Ce soir lors de la ronde 9, Gabriel devra absolument gagner contre Philip Zisman (2308) et espérer un faux pas des leaders.

Le point après 7 rondes: Gabriel Battaglini (2449) se relance dans le tournoi d'échecs de Jérusalem en battant Konstantin Zalkind (2249). Avec 4.5 points sur 7, le Français est 3e à un point des deux leaders Ariel Erenberg (2306) et Semen Dvoirys (2550), à deux rondes de la fin, tout reste possible.

Le point après 6 rondes: Gabriel Battaglini (2449) annule contre le grand-maître russe Semen Dvoirys (2550) et rétrograde de la 3e à la 4-5e place avec 3.5/6. Au classement intermédiaire, 1er Semen Dvoirys (2550) à 5, 2e Ariel Erenberg (2306) à 4.5 et 3e Mikhail Nedobora (2379) à 4.

Le point après 5 rondes: Gabriel Battaglini (2449) annule contre Nathan Alfred (2276) et reste à la 3e place avec 3 sur 5. Le petit génie israélien Ariel Erenberg (2306) annule contre Mikhail Nedobora (2379) ce qui fait les affaires de Semen Dvoirys (2550) vainqueur de Philip Zisman (2308). Le grand-maître russe s'envole en tête avec 4,5 points sur 5. A noter le premier point de Daniel Moskovich (2164), ouf !

Le point après 4 rondes: pas de nulle en terre promise! Le MI Français Gabriel Battaglini (2449) se reprend et gagne contre David Gorodetzky (2371). Le petit génie israélien Ariel Erenberg (2306) continue son festival avec une victoire cette fois sur Johnatan Bakalchuk (2293). Au classement général, Gabriel pointe à la 3e place avec 2,5 point sur 4. Ariel Erenberg (2306) et Semen Dvoirys (2550) confortent leur première place ex-æquo avec 3,5 points sur 4. Avec un 0 pointé, Daniel Moskovich (2164) fait figure de bouc émissaire du tournoi. Double journée de repos vendredi et samedi, Shabbat oblige !

Le point après 3 rondes: le MI Français Gabriel Battaglini (2449) s'incline face au tout jeune prodige israélien de 14 ans, Ariel Erenberg (2306). Gabriel est maintenant dans le milieu du classement avec 50% soit 1,5 point sur 3. En tête, Semen Dvoirys (2550) et Ariel Erenberg (2306) avec 2,5 points sur 3.

Le point après 2 rondes : bon début de tournoi pour le maître international Français Gabriel Battaglini (2449) qui fait partie des leaders avec 1,5 pt/2

Le fondateur du club d'échecs de Jérusalem : Son comité directeur
Alon Cohen-Revivo, le fondateur du Jeruchess club en 2006 - Photo © Chess & Strategy

Né en 1973 à Lyon en France, Alon COHEN-REVIVO a fait son Aliyah en Israel en 1996. Il est titulaire d'un Master en droits et en sciences politiques, spécialisé en résolution des conflits. Le fondateur du Jeruchess club (2006) organise de nombreux événements – des tournois d'échecs, des cours pour les jeunes joueurs, des événements internationaux, etc. Marié et père de 5 enfants, Alon a remporté en 2008 le championnat de la ville de Jérusalem. Il est également Arbitre FIDE.

Le club Jeruchess - Résultats - Photos - Vidéos - Parties

Blitz à Jérusalem

[Video] Suivez le tournoi d'échecs de grands-maîtres à Jérusalem du 13 au 23 juillet 2015 - www.chess-and-strategy.com

Posted by Chess & Strategy on mardi 14 juillet 2015

Le Mini-Match de blitz entre la grand-maître ukrainienne Tatiana Kostiuk (2315) et le maître Fide israélien Philip Zisman (2308) et actuel champion de Jérusalem, s'est achevé sur le score de 1.5-0.5 en faveur de Tatiana, sous les yeux experts du maître international Gabriel Battaglini - Vidéo Chess & Strategy by Philippe Dornbusch

Tatiana Kostiuk lors d'un tournoi blitz à Rishon LeZion en Israël © Chess & Strategy

Nous vous ferons vivre ce tournoi international sur place de Jérusalem. Cap sur Israël pour Tatiana et Philippe Dornbusch de l'équipe Chess & Strategy, qui disputaient déjà samedi un tournoi de Blitz dans la ville de Rishon LeZion - le club de Boris Gelfand -, une ville côtière au sud de Tel Aviv, intégrée son aire métropolitaine - Photo © Chess & Strategy

Le tournoi de Jérusalem débute lundi 13 juillet 2015 à 18h (17h heure française) le temps pour le britannique Nathan Alfred et le Français Gabriel Battaglini de finir dimanche l'Open Fide du championnat de Paris et de sauter dans un avion pour Israël. L'équipe Chess & Strategy sera sur place pour vous faire vivre ce tournoi de l'intérieur. Rappelons qu'en Mars dernier avait eu déjà lieu dans la ville sainte de Jérusalem le championnat d'Europe Individuel 2015 avec la victoire de Evgeny Najer.

La 1ère ronde du tournoi fermé de grands-maîtres

  • Gabriel Battaglini (2449) 1-0 Mikhail Nedobora (2379)
  • Johnatan Bakalchuk (2293) 1-0 Philip Zisman (2308)
  • Ariel Erenberg (2306) 1-0 Daniel Moskovich (2164)
  • David Gorodetzky (2371) 1/2 Konstantin Zalkind (2249)
  • Nathan Alfred (2276) 0-1 Semen Dvoirys (2550)
  • Monsieur Alon COHEN-REVIVO est l'organisateur de ce super tournoi en 9 rondes à la cadence classique d'1h30 pour les 40 premièrs coups puis 30 minutes KO, le tout avec un incrément de 30 secondes dès le premier coup. En parallèle, 3 autres tournois ont lieu au club d'échecs de Jérusalem. Les parties seront retransmises en direct via des échiquiers de type DGT boards. Toutes les rondes se disputent à partir de 18h. Journées de repos les 17 et 18 juillet.

    Pour ne rien rater de l'actualité échiquéenne : Le calendrier des tournois

    Le club Jeruchess - Résultats - Photos - Vidéos - Parties

    Nos pages Facebook, Twitter et Google +

    Pour en savoir plus : Le site du club de Jérusalem

    vendredi 24 juillet 2015

    Bienne 04 : la balade du Roi

    Notre sélection de livres/logiciels - Débuter aux échecs - Jouer en ligne

    Le numéro un des échecs français Maxime Vachier-Lagrave participe au 48e festival international de Bienne du 18 au 31 juillet 2015.

    Ronde 4: La préparation de David Navara contre Radoslaw Wojatszek a parfaitement fonctionné © site officiel

    Ronde 4: La préparation de l'ouverture de David Navara contre Radoslaw Wojatszek aura parfaitement fonctionné. le Tchèque a pris beaucoup de risques en jouant a tempo. Mais ceci n'a pas altéré la beauté de cette partie sauvage, remportée par les Blancs ! - Photo © site officiel

    Les appariements et résultats de la ronde 4 (revoir la ronde 3)

    • Michael Adams (2740) 0-1 Pavel Eljanov (2723)
    • Richard Rapport (2671) 1/2 Maxime Vachier-Lagrave (2731)
    • David Navara (2724) 1-0 Radoslaw Wojtaszek (2733)

    Le résumé de la ronde 4. Navara prend le leadership du super tournoi d'échecs de Bienne en Suisse, et avec la manière! Une préparation maison contre Wojtaszek force le joueur tchèque à avancer son Roi rangée après rangée... Le monarque blanc passera même en h8. Les Noirs ont semblé pouvoir obtenir la nulle, mais sous la pression de la pendule Wojtaszek ne la trouva jamais. Adams a commis une grave faute ce qui permet à Eljanov de revenir dans le tournoi. Nulle entre MVL et Rapport qui joue calme cette fois. On respire un peu.

    Le classement du 48e festival international d'échecs de Bienne.

    Les moments forts de la 4e ronde du tournoi de grands-maîtres de Bienne 2015, commentés en vidéo par Daniel King avec les interviews des joueurs.

    Les appariements et résultats de la ronde 5

    • Pavel Eljanov (2723) 1/2 Richard Rapport (2671)
    • Maxime Vachier-Lagrave (2731) 1/2 David Navara (2724)
    • Radoslaw Wojtaszek (2733) 1/2 Michael Adams (2740)

    Pour en savoir plus : Le site officiel

    jeudi 23 juillet 2015

    Bienne 03 : Maxime Vachier-Lagrave bat Adams

    Notre sélection de livres/logiciels - Débuter aux échecs - Jouer en ligne

    Le numéro un des échecs français Maxime Vachier-Lagrave participe au 48e festival international de Bienne du 18 au 31 juillet 2015.

    Ronde 3: le Français Maxime Vachier-Lagrave (2731) encaisse un pion très vite au sortir de l'ouverture et remporte sa partie face à l'Anglais Michael Adams (2740) © site officiel

    Ronde 3: le Français Maxime Vachier-Lagrave encaisse un pion très vite au sortir de l'ouverture par 20...dxe4 et remporte une partie solide face à l'Anglais Michael Adams, qui plus est avec les Noirs - Photo © site officiel

    Les appariements et résultats de la ronde 3 (revoir la ronde 2)

    • Radoslaw Wojtaszek (2733) 1-0 Pavel Eljanov (2723)
    • Michael Adams (2740) 0-1 Maxime Vachier-Lagrave (2731)
    • David Navara (2724) 1-0 Richard Rapport (2671)

    Le résumé de la ronde 3. Trois parties décisive à Bienne, histoire de nous occuper ! Wojtaszek étouffe positionnellement Eljanov et remporte une longue finale. Pendant ce temps, les calculs précis de Maxime Vachier-Lagrave font la différence contre ceux d'Adams. L'Anglais pêche en eaux troubles et finit par baisser les armes. Le Hongrois Richard Rapport pousse David Navara dans les cordes après un étonnant sacrifice dans sa Chigorine fétiche, mais gaffe en zeitnot et donne le point à la fin. Dommage !

    Le classement du 48e festival international d'échecs de Bienne.

    Les moments forts de la 3e ronde du tournoi de grands-maîtres de Bienne 2015, commentés en vidéo par Daniel King avec les interviews des joueurs.

    Les appariements et résultats de la ronde 4

    • Michael Adams (2740) 0-1 Pavel Eljanov (2723)
    • Richard Rapport (2671) 1/2 Maxime Vachier-Lagrave (2731)
    • David Navara (2724) 1-0 Radoslaw Wojtaszek (2733)

    Pour en savoir plus : Le site officiel

    mercredi 22 juillet 2015

    Bienne 02 : Rapport joue un gambit du Roi

    Notre sélection de livres/logiciels - Débuter aux échecs - Jouer en ligne

    Le numéro un des échecs français Maxime Vachier-Lagrave participe au 48e festival international de Bienne du 18 au 31 juillet 2015.

    Ronde 2: Une partie sauvage entre Richard Rapport (2671) et Michael Adams (2740) sur un Gambit Roi qui finira par le partage du point © site officiel

    Ronde 2: Une partie sauvage entre Richard Rapport et Michael Adams sur un Gambit Roi qui finira par le partage du point - Photo © site officiel

    Résumé de la ronde 2. Le spectacle continue à Bienne même si hier comme la veille une seule partie aura été finalement décisive. David Navara s'est complètement relancé après sa défaite de la ronde 1 en battant Pavel Eljanov avec les Noirs. Cela remet le joueur d'échecs tchèque à 50% et pousse Eljanov à la dernière place avec -1 (une nulle et une défaite). Hier tous les regards étaient fixés sur une partie d'échecs complètement folle. Le gambit du Roi (1.e4 e5 2.f4) exécuté par le très excentrique Hongrois Richard Rapport contre Adams, indubitablement la partie du jour.

    Les appariements et résultats de la ronde 3 (revoir la ronde 1)

    • Radoslaw Wojtaszek (2733) 1-0 Pavel Eljanov (2723)
    • Michael Adams (2740) 0-1 Maxime Vachier-Lagrave (2731)
    • David Navara (2724) 1-0 Richard Rapport (2671)

    Revivre les moments forts de la 2e ronde du tournoi de grands-maîtres de Bienne 2015, commentés en vidéo par le grand maître d'échecs Daniel King avec les interviews des joueurs.

    Pour en savoir plus : Le site officiel

    La France et ses échecs

    Notre sélection de livres/logiciels - Débuter aux échecs - Jouer en ligne

    Le magazine Slate vient de publier un bel article sur les échecs qui pointe les faiblesses chroniques de la France parmi les nations échiquéennes.

    Philippe Dornbusch au Musée de Tel Aviv: prendre les échecs au sérieux reste-t-il un acte fou ? © Chess & Strategy

    Pourquoi prendre les échecs au sérieux reste-t-il un acte fou en France ? Photo Philippe Dornbusch au Musée de Tel Aviv © Chess & Strategy

    La discipline des échecs révèle, au fil des époques, l’ascension et le déclin des puissances de la planète. Pas étonnant qu’en France les échecs restent un pur plaisir de dilettante. Le constat de Polo Breitner - un pseudonyme en hommage au grand footballeur allemand et esprit libre Paul Breitner -, est alarmant. La France nagerait à contre-courant et ne tiendrait plus son rang. Ci-dessous, quelques extrait de cet article éclairant.

    Le «double Je» français

    Officiellement, tout va bien! La Fédération française des échecs (FFE) aime à rappeler que le pays de Philidor rugit dans le Top 10 mondial depuis quelques saisons. La moyenne calculée des dix premiers joueurs de chaque pays au classement Elo permettant ce postulat. L’équipe nationale a même obtenu quelques beaux succès d’estime dans les joutes continentales: deux secondes places en 2001 et en 2013 et même une médaille de bronze aux championnats d’Europe par équipes en 2005. Malheureusement, quelques nations occidentales, capables de nous servir de valeur étalon, donc hors ex-bloc soviétique, sont allées chercher l’or avec un groupe, sur le papier, pas forcément supérieur au nôtre. Ce fut l’Angleterre en 1997, les Pays-Bas en 2001 et 2005 et l’Allemagne en 2011. La gloriole nationale est donc, peut-être, à relativiser.

    Le déclin : la Chine et l'Inde ont dépassé la France, désormais 6e nation échiquéenne. L'Allemagne compte 3 fois plus de titrés que la France.

    Le déclin : la Chine et l'Inde ont dépassé la France, désormais 6e nation échiquéenne. L'Allemagne compte 3 fois plus de titrés que la France.

    Lorsque l’on s’arrête sur la densité des pays, donc des pratiquants ayant obtenu depuis 1950 le titre officiel de «Grand Maître» ou bien de «Maître», la situation hexagonale est pour le moins caduque. L’optimisme est à la baisse. Cela ne risque du reste pas de s’arranger puisque les nouvelles forces des 64 cases, la Chine et l’Inde en tête, sont en pleine explosion, aidées évidemment par une démographie largement supérieure. Plus proche de nous, le rapport de force avec l’Allemagne est éloquent. Cette dernière n’est que treizième au classement des nations mais elle a produit, depuis soixante-cinq ans, près de quatre fois plus de joueurs titrés que la France! La culture échiquéenne est donc bien plus implantée dans la société civile de l’autre côté du Rhin. Aujourd’hui encore, théoriquement en activité, se trouvent deux fois plus de joueurs titrés allemands que français. Passons sur la qualité des clubs, des infrastructures.

    La France des 64 cases se défend mais n’est en aucun cas à l’attaque

    En sport de haut niveau comme en diplomatie, le pays qui n’avance pas recule. L’exploit individuel du numéro un français Maxime Vachier-Lagrave, second derrière l’intouchable Magnus Carlsen, au mois de janvier dernier au Tata Chess Steel Tournament, représente moins la résultante d’une politique fédérale et cocardière que l’avènement d’une nouvelle génération de praticiens globalisés du jeu d’échecs.

    La France nage à contre-courant. Elle a choisi de préférer les «échecs-loisir» alors que beaucoup d’États-nations se réarment sur les 64 cases, refusent d’abdiquer et ont compris que le noble jeu est tout autant un sport, une science qu’un art. C'est un premier niveau. Le second est géostratégique et symbolise depuis la nuit des temps la place des puissants sur «l'échiquier mondial». Fantasmes et réalités s'y mêlent. Qu'importe, c'est une place à tenir. Celle-ci dépend uniquement d'un choix politique fort, qui s'assume et offre le roi des jeux à sa population pour un apprentissage réel de la vie, dans un monde globalisé où les règles, finalement, sont toujours les mêmes. Seuls les protagonistes changent, la France ne tient plus son rang.

    Pour en savoir plus : L'article du Magazine Slate

    Le nouveau Bobby Fischer est-il arrivé ?

    Notre sélection de livres/logiciels - Débuter aux échecs - Jouer en ligne

    A 15 ans à peine, Akshat Chandra remporte le Championnat d'échecs junior fermé des USA, disputé à Saint-Louis du 6 au 16 juillet 2015.

    Akshat Chandra remporte le Championnat d'échecs junior des USA 2015 - Photo © Austin Fuller

    Mais qui est ce champion ? Né en 1999, Akshat Chandra est une étoile filante dans le milieu des échecs. Il a commencé à jouer à l'âge de 10 ans en 2009, et son premier classement Elo Fide s'est établi à 1548 points en janvier 2010. En 4 ans et 10 mois, Akshat est passé du classement Fide de 1548 à 2489. Il est clairement aujourd'hui le plus fort joueur dans son groupe d'âge aux Etats-Unis.

    Ce championnat était ouvert aux meilleurs juniors américains âgé de moins de 21 ans avec à son palmarès prestigieux, les noms de Fischer, Bisguier, Seirawan et Nakamura. Cette fois, le titre est revenu à un jeune surdoué de 15 ans, Akshat Chandra, qui a marqué la bagatelle de 7 points sur 9, établissant une performance Elo à 2688 points. Akshat connu des lecteurs de Chessbase pour avoir rédigé des articles au point qu'il est même surnommé "le journaliste" par Garry Kasparov - Photo © Austin Fuller

    Pour la 6e fois consécutive, le CCSC (Chess Club and Scholastic Center) de Saint Louis organisait ce tournoi. La cadence des parties était fixée à 90 minutes pour les 40 premières coups, suivi de 30 minutes pour le reste de la partie avec un incrément de 30 secondes par coup.

    Pour ne rien rater de l'actualité échiquéenne : Le calendrier des tournois

    Le site officiel - Télécharger les parties

    Nos pages Facebook, Twitter et Google +

    La grille finale du championnat d'échecs fermé junior des USA 2015

    Revivre l'une de ses plus belles victoires

    Pour en savoir plus : Le site d'échecs officiel

    Question people sur les échecs

    Notre sélection de livres/logiciels - Débuter aux échecs - Jouer en ligne

    Sauriez-vous reconnaître ce célèbre joueur d'échecs, inventeur d'une ouverture très populaire, photographié en 1973 à Wijk-aan-Zee?

    La question people sur les échecs © Chess & Strategy

    Né en 1910 à Grodzisk Mazowiecki, près de Varsovie, et mort le 4 juillet 1997 à Malaga, ce joueur d'échecs d'origine juive polonaise, a obtenu la nationalité argentine pendant la Seconde Guerre mondiale.


    Get Lucky - Daft Punk

    Ses débuts brillants aux échecs. Il suit d'abord les cours de David Przepiórka, puis de Xavier Tartakower, auquel il s'est toujours référé comme « mon maître ». Au début de sa carrière, en 1929, il bat Glücksberg dans une partie célèbre connue comme L'Immortelle polonaise.

    En septembre 1939, l'éclatement de la Seconde Guerre mondiale le retient à Buenos Aires, où il participait à la 8e Olympiade, représentant la Pologne au deuxième échiquier. Juif polonais, tout comme deux autres membres de l'équipe, Tartakover et Frydman, il comprit ce qui était en train de se passer en Pologne et décida de rester en Argentine. De nombreux joueurs, juifs ou non, en firent de même, perdant ainsi leurs liens familiaux et personnels, mais échappant ainsi à la Shoah. Il obtient cependant de brillants résultats au 2e échiquier à Buenos Aires (+12 -2 =4). Pourriez-vous citer son patronyme ?



    Envoyez-nous votre proposition par mail avant ce samedi à 8 heures du matin pour gagner la Palme d'Or Chess & Strategy. Bonne chance à tous!

    Une vie sans échec

    Joueur d'échecs actif jusqu'à la fin de sa vie, en 1979, à 69 ans, il partageait encore la deuxième place dans un très fort tournoi à Buenos Aires avec 8 points sur 13, derrière Bent Larsen à 11 points sur 13, mais devant les anciens champions du monde Tigran Petrossian et Boris Spassky.

    Sa personnalité vive avait fait de lui l'un des joueurs d'échecs les plus populaires, et il est probable qu'à l'instar de son mentor, Tartakover, ses mots d'esprit y soient également pour quelque chose. Il remarque par exemple, après le match de 1970 : « Quand Boris Spassky vous offre une pièce, vous feriez bien d'abandonner sur le champ. Mais quand Mikhail Tal offre une pièce, il vaut mieux continuer à jouer, car il pourrait vous en offrir encore une, puis une autre, et qui sait ? »

    La palme d'or des échecs de Chess & Strategy

    Et bien sûr, n'hésitez pas à recommander Chess & Strategy auprès de vos amis, qu'ils soient amateurs d'échecs, de musique, de cinéma ou encore de littérature.

    Retrouvez toutes nos questions people du mercredi.

    Xavier Tartacover (1887–1956) - Celui qui prend des risques peut perdre, celui qui n'en prend pas perd toujours.

    2007-2017 © Chess & Strategy
    Accueil - A propos - Mentions légales