Échecs & Stratégie: Échecs & intelligence artificielle

ÉLECTIONS 2016 DE LA FEDERATION FRANÇAISE DES ÉCHECS


Philippe Dornbusch, Directeur du site Échecs & Stratégie - Photo © Chess & Strategy
Présidentes et Présidents de clubs,

Si vous ne comprenez pas où va l'argent des licences collecté par les clubs d'échecs et remonté à la FFE, alors VOTEZ DORNBUSCH, le seul candidat à exiger un AUDIT des comptes de la FFE et de son fonctionnement par un cabinet extérieur et indépendant.

NOTRE LISTE ET PROGRAMME - NOTRE VIDEO - NOS VALEURS

Les résultats de notre enquête sur la FFE - Rejoignez-nous !

lundi 28 septembre 2015

Échecs & intelligence artificielle

Notre sélection de livres/logiciels - Débuter aux échecs - Jouer en ligne

Une nouvelle machine apprend les échecs en 3 jours et se hisse parmi les meilleurs joueurs au monde d'après un article de MIT Technology Review

Une machine apprend les échecs en 3 jours et se hisse parmi les meilleurs joueurs au monde... sans force brute - Photo © Chess & Strategy

Une machine apprend les échecs en 3 jours et se hisse parmi les meilleurs joueurs au monde... sans force brute. Pour la première fois, et grâce au machine learning, l'auto-apprentissage des machines, une intelligence artificielle utilise un autre raisonnement que la force brute pour battre ses adversaires aux échecs et rejoint, en 72 heures, les 2,2% de machines les plus performantes au monde.

Près de 20 ans après la victoire de Deep Blue contre Garry Kasparov, les ordinateurs ont largement pris le dessus sur les humains en termes de performance aux échecs. De plus en plus rapides année après année, ils utilisent néanmoins un raisonnement qui est, lui, resté inchangé : la force brute, à savoir le fait d’anticiper parmi les milliers de futurs mouvements potentiels lequel sera le meilleur.

Conçue par Matthew Lai, de l’Imperial College London, « Giraffe » privilégie un raisonnement davantage humain : considérer l’échiquier dans son ensemble pour réduire d’emblée le nombre de voies de recherche les plus pertinentes, au lieu de jouer virtuellement chaque coup. Résultat : en 72 heures, et en apprenant d’elle-même, cette intelligence artificielle bat des machines entraînées pendant plusieurs années.

« A la différence des joueurs d’échecs virtuels qui existent aujourd’hui, Giraffe tient sa force de jeu non pas de sa capacité à anticiper longtemps à l’avance, mais à celle d’être capable de discerner les positionnements les plus pertinents avec exactitude et à comprendre des situations complexes qui peuvent sembler intuitives aux yeux des humains, mais qui ont longtemps été hors d’atteinte pour les machines », explique le chercheur..

Matthew Lai compte utiliser la même méthode pour le jeu de go, discipline pour laquelle les humains gardent (encore) une longueur d’avance.

Quand Kasparov se fait battre en 1997 contre Deep Blue

Kasparov perd contre Deep Blue en 1 heure en 1997 - Photo © Chess & Strategy

Le 11 Mai 1997 à New York, lors de la 6e partie du match contre l'ordinateur Deep Blue, Kasparov quitte la salle au bout d'une heure. Le Russe craque complètement et perd en 19 coups sa 6e et dernière partie. Le match se conclut sur le score de 2,5 à 3,5 en faveur de l'ordinateur. A droite, Joseph Hoane Junior, un membre de l'équipe du projet Deep Blue d'IBM.

En 2012, la chaîne LCI avait invité le Directeur Général de la Fédération Française des Echecs, Laurent Vérat, pour décrypter cette défaite et mieux comprendre ce qui s'est vraiment passé dans la tête du joueur d'échecs. L'émission TV "Le jour où..." est présentée par Romain Hussenot. LCI revient en détail sur le match Kasparov vs Deep Blue. Ce reportage vidéo, qui dure une dizaine de minutes, a été enregistré en 2012 dans les studios de TF1. Un retour à froid sur ce catastrophique 11 Mai 1997 pour l'Humanité, le jour où le champion du monde d'échecs Garry Kasparov est battu par l'ordinateur Deep Blue d'IBM. L'intelligence est-elle définitivement dominée par la machine comme l'indique ce journaliste ? Pas si sûr !

Xavier Tartacover (1887–1956) - Celui qui prend des risques peut perdre, celui qui n'en prend pas perd toujours.

2007-2016 © Chess & Strategy
Accueil - A propos - Mentions légales