Échecs & Stratégie: Philippe Dornbusch pour une FFE nouvelle et moderne

ÉLECTIONS 2016 DE LA FEDERATION FRANÇAISE DES ÉCHECS


Philippe Dornbusch, Directeur du site Échecs & Stratégie - Photo © Chess & Strategy
Présidentes et Présidents de clubs,

Si vous ne comprenez pas où va l'argent des licences collecté par les clubs d'échecs et remonté à la FFE, alors VOTEZ DORNBUSCH, le seul candidat à exiger un AUDIT des comptes de la FFE et de son fonctionnement par un cabinet extérieur et indépendant.

NOTRE LISTE ET PROGRAMME - NOTRE VIDEO - NOS VALEURS

Les résultats de notre enquête sur la FFE - Rejoignez-nous !

mercredi 30 novembre 2016

Philippe Dornbusch pour une FFE nouvelle et moderne

SOUTENEZ LA LISTE DE PHILIPPE DORNBUSCH POUR LES ÉLECTIONS 2016 DE LA FEDERATION FRANÇAISE DES ÉCHECS


Mesdames et Messieurs, joueuses et joueurs d’échecs, présidentes et présidents de clubs, de comités départementaux et de Ligues, Bonjour

L’exercice du jour n’est guère de saison, je vous l’accorde. Aussi je m’en tiendrai à un simple propos liminaire pour revenir sur ma candidature officielle à la présidence de la FFE, à l’appui du projet porté par la liste que j’ai l’honneur de conduire.

Cette ambiance de vacances s’avère peu propice, je le sais bien, au lancement d’une campagne électorale. Alors vous me permettrez de vous présenter seulement les contours de notre ambition, à l’appui d’un vrai programme, détaillé, solide, concret, que nous affinerons point par point au cours des semaines à venir, de façon interactive avec vous.

Sachez tout d’abord, — et cela me tient à cœur de vous en réserver l’exclusivité — que cette candidature ne procède ni de la posture ni du symbole. Elle n’entend ni porter témoignage ni faire de la figuration. Elle procède bel et bien de l’envie, de la volonté, du courage, comme la « vertu inaugurale du commencement »…

Fidèles à notre tempérament de joueur d’échecs, nous nous présentons pour gagner. Et, ici même, comme sur l’échiquier, la chance n’a pas sa place. Seul importent la réflexion, la méthode et la persévérance !

Voilà pourquoi l’intitulé de notre liste — Pour une Fédération nouvelle et moderne — ne relève point du slogan. Elle porte en elle un manifeste associant ambition et détermination, créativité et cohérence, imagination et réalisme…

1 — Si nous voulons une FÉDÉRATION NOUVELLE

C’est parce que nous ne voulons plus voir une FFE sclérosée, empêtrée dans ses petites chicaneries, accaparée à panser les blessures narcissiques des uns et des autres

Nous la rendrons NOUVELLE dans sa COLLÉGIALITÉ. Ni cénacle, ni clan. Plus qu’une intention, un commencement de preuve : notre liste affiche la moyenne d’âge la plus jeune parmi nos concurrentes. Elle rassemble des expériences, des expertises, des parcours, associant joueurs de haut niveau et acteurs de terrain. Harmonie parfaite entre les univers associatifs, pédagogiques et sportifs… Toutes les ressources humaines qu’il nous faudra pour réinventer une Fédération décidée à tendre vers de nouveaux horizons.

Nous la façonnerons NOUVELLE dans sa MENTALITÉ. Ni clientélisme, ni favoritisme. Oublions les petites combines de jadis et les solutions bidouillées, dans le registre « marabout et bout de ficelles », si dispendieuses et si éphémères ! Fuyons les polémiques et les ragots de bas étage. Refusons les procès d’intention si stériles et les luttes d’influence si mesquines. Efficacité, loyauté et probité nous fixent un premier rendez-vous impérieux. Procéder à un audit financier et organisationnel. Non pour démolir la maison, mais pour la rénover sur des bases saines et pérennes… Non pour dénoncer, mais pour optimiser notre capital humain !

Nous l’érigerons NOUVELLE dans sa CRÉATIVITÉ. Ni limite ni tabou. Ne mettons point de borne à l’imagination de nos grands maîtres et de nos présidents de clubs. Nos instances représentatives les associeront in concreto à nos orientations. Cessons d’enfermer le jeu d’échecs dans le carcan étriqué de la seule compétition. Œuvrons sans attendre à redonner au noble jeu la dimension populaire qu’il n’aurait jamais dû perdre. Promouvoir le plaisir du jeu — partout et pour tous — n’est-il pas plus prometteur qu’une vision comptable des licences et des performances ? Les opiniâtres « pousseurs de bois » ne forment-ils pas des bataillons tout aussi opérationnels que les sympathiques obsédés du « T’as-Combien-d’Elo » ? À ce propos, mes colistiers sont riches de projets concrets, fédérateurs et innovants que nous développerons, au moment opportun, au fil des débats qui rythmeront notre campagne électorale…

2 — Si nous voulons une FÉDÉRATION MODERNE

C’est parce que nous ne supportons plus de la voir archaïque dans son ambition timorée et poussiéreuse dans ses procédures alambiquées.

Notre FFE sera moderne quand elle sera CONNECTÉE. Connecter notre Fédération, ce n’est pas lui faire « respirer l’air du temps » — ambition de feuille morte ! —, mais bien plutôt l’inviter à puiser le meilleur dans les ressources technologiques. Plus concrètement encore : optimiser le site internet fédéral et innover pour les clubs. Sur ce terrain, pas de baratin… puisque je crois pouvoir justifier de solides références en la matière.

À l’appui de mon site Échecs & Stratégie, j’ai développé une véritable communauté sur les réseaux sociaux — plus de 14.000 membres sur sa page Facebook et plus de 5.000 abonnés sur son compte Twitter —. Cette expérience de « Community manager » profitera sans nul doute à notre Fédération. Quel meilleur support pour développer, partager, mutualiser les initiatives des clubs dans les domaines de l’animation et de la formation ! Quelle meilleure façon de renouer avec la mission première de la FFE : promouvoir et optimiser la pratique du jeu d’échecs, au même diapason, sur l’ensemble de notre territoire national.

Là encore, mes colistiers et moi-même avons d’ores et déjà élaboré des initiatives concrètes, simples et méthodiques auxquelles nous ne manquerons pas de vous associer.

Notre FFE sera moderne quand elle sera MOBILISÉE. Mobiliser notre Fédération, cela signifie puiser et valoriser nos ressources humaines. Et je retrouve là mon cœur de métier. Avec l’enthousiasme intact de pouvoir mettre mon expérience professionnelle au service du développement des clubs. Avec une intuition qui appelle un effort concret, immédiat et soutenu, — dans le temps comme dans les moyens —, au service de la formation de nos animateurs et de nos entraîneurs, au service de notre élite échiquéenne et de nos instances représentatives. Parce qu’une Fédération digne de ce nom, comme le suggère l’étymologie de ce mot, a pour vocation exclusive, non point d’encourager ses clubs, mais bien plutôt de travailler à leur notoriété, leur attractivité, et leurs performances bien sûr.

Voilà pourquoi, loin de promettre une manne tombant du ciel, j’entends associer les clubs, en toute équité, à une méthodologie conjuguant communication institutionnelle et événementielle, formation initiale et continue. Montrer un cap plutôt que tendre une perche, apprendre à manier des outils plutôt que satisfaire des lubies, actionner un moteur plutôt que courir en suiveur, telle est ma conception d’une Fédération moderne. Une conviction tout autant qu’une ferme résolution.

Notre FFE sera moderne quand elle sera ATTENTIONNÉE. Pour être attentionnée, il lui faut apprendre à ne laisser personne en marge, et savoir se remettre en question.

Reconsidérer le dispositif des compétitions, dans leur règlement comme dans leur calendrier, rationaliser l’enseignement du jeu d’échecs entre l’école et les satellites périscolaires, veiller à promouvoir notre sport cérébral, sans exclusive ni préjugé, avec autant d’énergie auprès des petits comme des seniors, extirper les derniers préjugés qui sévissent sur la légendaire « spécificité féminine » à l’endroit du jeu d’échecs, explorer de nouvelles « terres de mission » dans une conception thérapeutique et socio-culturelle du noble jeu, soigner l’efficacité de nos rapports avec les autorités de tutelle, concevoir un vade-mecum du sponsoring, comme en témoigne mon savoir-faire sur le site Échecs & Stratégie : voilà autant de pistes à défricher pour redonner à vous tous, acteurs et promoteurs du jeu d’échecs, la considération élémentaire que vous méritez. Sur tous ces sujets, j’aurai le plaisir de revenir bientôt, avec vos expériences et vos suggestions pour partage. Entreprendre ensemble pour une Fédération nouvelle et moderne, n’est-ce pas participer à la réhabilitation du « noble jeu »… en quête de sa noblesse perdue ?

Non, l’échiquier n’est pas cet univers clos où s’enferment des intellos introvertis et monomaniaques, rivalisant de vanités pusillanimes.

Oui, aux quatre coins de l’échiquier, depuis des siècles, le noble jeu initie toutes les générations à ses valeurs cardinales : excellence et humilité, persévérance et loyauté. N’oublions pas que la France a écrit les plus belles pages de l’âge d’or du jeu d’échecs. Voilà pourquoi la Fédération Française du jeu d’échecs doit être à la hauteur de son prestigieux héritage. Voilà pourquoi elle doit se donner les moyens d’épouser le XXIe siècle.

Voilà pourquoi nous avons besoin, plus que jamais, d’une Fédération nouvelle et moderne… Toute une aventure, celle vers laquelle j’aimerais tant vous conduire.



LA LISTE DE PHILIPPE DORNBUSCH RESTE A VOTRE ECOUTE !

J’appelle les joueuses et les joueurs d’échecs, les présidentes et présidents de clubs, les membres des comités départementaux et les membres des ligues régionales à m’adresser leurs suggestions. Je serai présent et à votre écoute à Agen les 13, 14 et 15 août puis à Dieppe à partir du 20 août.

Vous pouvez également m'écrire personnellement par mail à l'adresse ffe2016@echecs-et-strategie.fr ou sur Twitter si vous préférez.

Philippe Dornbusch, Directeur du site Échecs & Stratégie - Photo © Chess & Strategy

En toute transparence, je posterai régulièrement des nouvelles de la campagne. Je vous donne donc rendez-vous très vite pour un nouveau point d’avancement.

A très bientôt !

Très cordialement,

Philippe Dornbusch, Directeur du site Échecs & Stratégie et Candidat à la présidence de la Fédération Française des Échecs


Xavier Tartacover (1887–1956) - Celui qui prend des risques peut perdre, celui qui n'en prend pas perd toujours.

2007-2016 © Chess & Strategy
Accueil - A propos - Mentions légales