Échecs et Stratégie: Les 10 principes sur les ouvertures aux échecs

lundi 13 juillet 2020

Les 10 principes sur les ouvertures aux échecs

Notre sélection de livres/logiciels - Cours d'échecs - Jouer en ligne

Après avoir appris le mouvement des pièces, vous allez commencer une partie. Mais comment effectuer ses premiers coups sans compromettre la suite de la partie ? C'est l'objet de cet article. Commençons par une infographie des règles des mouvements des pièces aux échecs et nous verrons ensuite quelques notions à connaître pour commencer une partie dans les meilleures conditions.

La littérature échiquéenne a beau consacrer d’innombrables volumes à la question des ouvertures, ce domaine reste l’un des moins bien compris. Une foule de joueurs s’imaginent qu’il faut absolument mémoriser quantité de variantes avant un match ou un tournoi, or ce n’est pas du tout le cas. Il est bien plus important, surtout au niveau amateur, de maîtriser les principes et les grandes idées de l’ouverture. En tant qu’entraîneur, je sais d’expérience que chez les joueurs de clubs, très peu de parties suivent la théorie durant plus de quelques coups, après quoi la mémorisation devient inutile.

Comment définir la phase de l'ouverture aux échecs

L’ouverture est la première phase d'une partie d'échecs. Elle s'arrête lorsque les forces des deux adversaires sont mobilisées et que les rois sont en sécurité. Le terme d'ouverture est également utilisé dans le cas d'une ouverture de ligne par l'échange de figures ou de pions.

Un exemple d'ouverture et de variante d'ouverture aux échecs

Dans le début d'une partie (« l'ouverture »), à un moment précis, il est possible d'envisager plusieurs suites de coups toutes également jouables. La séquence des coups qui composent une de ces suites possibles est appelée « variante d'ouverture ».

Illustration : l'ouverture d'une partie qui commence par les coups 1. e4 c5 est appelée la « défense sicilienne ». Une des suites possibles, qui est 2. Cf3 d6 3. d4 cxd4 4. Cxd4 Cf6 5. Cc3 a6, est appelée la « variante Najdorf de la Sicilienne » et à propos de laquelle nous avions consacré un article précédemment.

L'objectif premier de l'ouverture, c'est de rechercher à obtenir un milieu de partie jouable

De nos jours, surtout au niveau club, l’importance de l’ouverture est nettement surestimée. Dans une certaine mesure, on peut dire que c’est en raison du nombre de livres et de DVD disponibles sur cette phase de la partie, mais cela n’explique pas en soi pourquoi ce marché existe. On peut raisonnablement imaginer qu’il s’est développé grâce à la propension des joueurs à se chercher des excuses (« je ne connaissais pas cette ouverture ») au lieu d’admettre leurs véritables défauts

En analysant de nombreuses parties de joueurs de club, on constate que les connaissances théoriques en tant que telles sont rarement en cause dans la victoire ou la défaite, en particulier du fait que les parties à ce niveau suivent rarement la théorie plus de 5 ou 10 coups. Bien sûr, il est utile de savoir ce qu’on est censé faire dans tel ou tel type de position, mais de là à mémoriser dans le détail une multitude de variantes, il y a tout de même une marge.

Voilà qui devrait inciter les joueurs amateurs à se forger un répertoire d’ouvertures simples et de bon sens, dont ils savent gérer le milieu de partie. C’est d’ailleurs ainsi que Portisch et bien d’autres grands maîtres ont débuté leur carrière. Il y aura toujours le temps d’affûter ces armes une fois devenu professionnel. Mais à vrai dire, même alors, bien des joueurs, dont le Britannique Michael Adams, restent fidèles à cette approche de bon sens.

LES 10 COMMANDEMENTS POUR LES OUVERTURES AUX ÉCHECS

Les 10 principes sur les ouvertures aux échecs

Comment bien débuter une partie d'échecs ?

Voici quelques conseils qui ont permis à nos élèves de progresser. Aujourd'hui, nos apprenants de tous âges lisent et étudient les parties commentées avec de bons livres, révisent leur répertoire d'ouvertures et aiment beaucoup jouer aux échecs. Bien sûr, ils n'ont pas appris des montagnes de théorie par cœur mais suivent plutôt les 10 principes directeurs que nous vous dévoilons ci-après.

  1. Développer les pions et les pièces vers le centre.
  2. Ne pas jouer la Dame trop tôt, ni à plusieurs reprises, sans raison.
  3. Sortir les Cavaliers avant les Fous.
  4. Chercher à roquer rapidement.
  5. Lier ses Tours.
  6. Ne pas échanger un pion du centre contre un pion de l'aile.
  7. Reprendre avec ses pions vers le centre.
  8. Ne pas déplacer ses pièces sans but.
  9. Eviter de se créer des pions arriérés ou doublés.
  10. Noter vos parties pour pouvoir les analyser ensuite.

Pour aller plus loin : se constituer un répertoire avec les Blancs et les Noirs

  • Mon premier répertoire d'ouvertures avec les Blancs
  • Mon premier répertoire d'ouvertures avec les Noirs
  • D'autres livres conseillés pour approfondir ses ouvertures aux échecs

    Deux vidéos de parties d'échecs pour travailler les finales

    La sous-promotion dans la partie Boris Gelfand vs Peter Svidler.

    Une règle spéciale à connaître aux échecs. Quand un pion arrive sur la dernère rangée, il peut se transformer au choix en Dame (la promotion dans 99% des cas), mais aussi en Tour, en Cavalier ou en Fou (la fameuse sous-promotion). C'est arrivé dans la partie Boris Gelfand 0-1 Peter Svidler au Mémorial Tal de Blitz en 2014.

    Le moment final où le prodige indien Praggnanandhaa bat l'Américain Wesley So dans une finale extraordinaire.

    Pour travailler les ouvertures, le milieu de jeu mais aussi les finales, nous vous conseillons de choisir un Pack de cours pour bien assimiler les principes de stratégie et progresser à votre rythme.

    Débutez et progressez aux échecs avec nos 3 PACKS de formation conçus par les grands-maîtres Anthony Wirig et Tigran Gharamian

    Pack Enfant Débutant : 6 modules
    Pack Adulte Débutant : 9 modules
    Pack Adulte Confirmé : 15 e-books

    Pour en savoir plus : Notre chronique Livres

    Xavier Tartacover (1887–1956) - Celui qui prend des risques peut perdre, celui qui n'en prend pas perd toujours.