Échecs et Stratégie: Jouez aux échecs avec le logiciel d'échecs Fritz 15

mercredi 7 juin 2017

Jouez aux échecs avec le logiciel d'échecs Fritz 15

NOTRE CONSEIL POUR PROGRESSER : LE LOGICIEL D’ÉCHECS FRITZ

Le jeu d’échecs, vecteur d’une forme de réflexion humaine, peut-il être pratiqué par une machine ? Historiquement, cette question provoqua d’abord une fausse réponse. Avant les spécialistes de l’informatique, ce furent en effet ceux de l'illusionnisme qui intervinrent! Ils construisirent des mannequins qui, articulés, déplaçaient leurs pièces. Bien entendu, un joueur d’échecs en chair et en os, bien caché, était à la manœuvre. Ainsi apparu en 1769 le « Turc », construit par le baron Van Kempelen, un ingénieur autrichien.

A lire aussi 👉 Les règles du jeu d'échecs

Cet automate joueur d’échecs soulevait des questions sur l’intelligence artificielle dès le XVIIIe siècle - Photo © Marcin Wichary via Wikimedia Commons

La reconstitution du Turc. Cet automate joueur d’échecs soulevait des questions sur l’intelligence artificielle dès le XVIIIe siècle - Photo © Marcin Wichary via Wikimedia Commons

Ce robot enturbanné était assis devant un gros coffre sur lequel était posé un échiquier. A son tour de jouer, on voyait son bras gauche se lever lentement, se placer au dessus du jeu, descendre pour se saisir de la pièce, remonter et redescendre vers la case d’arrivée, lâcher la pièce, remonter et prendre sa position de repos sur la table. Le mystérieux oriental fascinait les foules qui venaient en nombre aux représentation données lors de tournées en Europe et en Amérique. La supercherie était habile. On dévoilait une partie du coffre aux yeux du public, sans lui laisser deviner la présence d’un fort joueur caché qui opérait grâce à une jeu de miroirs et à un système d’articulations sophistiqués. Une bonne dizaine de fort joueurs de l’époque se succédèrent aux commandes, tout au long de la carrière du Turc.

Pour Edgar Poe, incrédule, les rares défaites du Turc prouvaient que ce n’était pas une machine qui décidait des coups. Il considérait qu’un automate ne pouvait, contrairement à l’homme, que jouer aux échecs parfaitement ! A la mort de Van Kempelen, en 1804, le Turc fut racheté par le musicien bavarois Johann Maelzel qui continua à l’exploiter avec forces exhibitions, notamment aux Etats-Unis. En 1838, Maelzel mourut et le Turc, dépouillé de son mystère devint une pièce de musée à Philadelphie où il « périt » dans un incendie en 1854.

Les temps ont bien changé avec l’arrivée de l’informatique au XXème siècle et les broyeurs de nombres font désormais la loi aux échecs.

Pour une cinquantaine d’Euros, on peut désormais trouver dans le commerce des logiciels tournant sur un simple ordinateur qui battront 99% des joueurs de compétition, et même la plupart des grands maîtres. D’ailleurs, les matchs entre humains et machines ne sont plus guère organisés aujourd’hui, ou alors avec un handicap matériel, par exemple d’un pion, pour le programme.

Jouez une partie d'échecs contre un logiciel

Testez le logiciel Fritz 17 version Française. Jouez puis sauvegardez votre partie au format PGN (Portable Game Notation) pour nous l'adresser via notre formulaire de contact, histoire de connaître votre niveau. Nous vous recommandons l'achat de ce logiciel qui permet de lire les parties d'échecs que vous télécharger en PGN.

Les logiciels d'échecs sont abordables et utiles comme sparring-partner ou analyste, et pour la plupart vendus par ChessBase : Fritz 17 (en version Française), Komodo, Rybka, Shredder, Junior ou Hiarcs. Nous aimons aussi les logiciels dédiés à l'entrainement à la tactique comme CT-Art. Tous ces logiciels sont bien utiles pour apprendre de façon ludique à jouer aux échecs.

Notre recommandation pour tous les joueurs, ces logiciels qui disposent d'un niveau réglable du débutant au grand-maître d'échecs.

Fritz 17 version Française, est notre logiciel préféré pour jouer aux échecs. Il convient à tous, du pousseur de bois au grand-maître international. Nous le recommandons en particulier si vous êtes un joueur débutant, car Fritz intègre des fonctions d'auto-apprentissage vraiment très bien conçues. Vous pouvez l'essayer en ligne avant de l'acheter.

Jouer aux échecs régulièrement vous apportera de nombreux bienfaits liés aux fonctions cognitives du cerveau comme la mémoire, l'amélioration de l'attention et de la concentration, le développement de l'imagination et de la créativité. Jouer aux échecs permet d'élaborer une stratégie avec un objectif motivant à atteindre. Cela est transposable dans la vie réelle pour toujours prendre le temps de réfléchir avant d'agir. Alors, jouez aux échecs sans modération ! Nous vous invitons à faire quelques parties contre ce logiciel Fritz 17 et à prendre des cours pour progresser.

Pour progresser aux échecs: Offrez-vous un logiciel qui vous permettra de jouer sans stress à votre rythme, et gagner en confiance.

Les questions les plus fréquemment posées par nos lecteurs (FAQ)

Faut-il commencer une partie d’échecs par 1.e4 ou 1.d4 ?

Les deux coups sont corrects, c’est une affaire de goût.

Le classique 1.e4 permet de réaliser un tout petit peu plus vite les trois objectifs résumés précédemment. La séquence 1.e4, 2.Cf3, 3.Fb5 ou 3.Fc4, 4.0-0 et 5.Te1 est particulièrement performante. Il est difficile de faire mieux pour démarrer une partie d’échecs.

Les blancs obtiennent également une position performante avec 1.d4 suivi de 2.Cf3, 3.Fg5, 4.Cbd2, 5.e4 ou 5.e3, 6.Fd3, 6.Fe2, 6.Fc4 ou 6.Fb5, 7.0-0. Précisons qu’en procédant ainsi, ils adoptent la position sympathique de l’attaque Torre, imaginée par le champion mexicain Carlos Torre dans les années 1920.

D’où vient l’expression « Mat du berger » ?

Officiellement, il n’y a pas de réponse à cette question. Néanmoins, durant une formation d’animateurs, on a pu entendre cette réponse assez séduisante.

Les pions sont surnommés « moutons » dans le jeu « le loup et les moutons ». Dans l’expression « Coup du berger », le mot berger désignerait donc bien un berger (et non le joueur s’appelant Berger). Le « Coup du berger » consiste donc à attaquer le « mouton » (le pion) le plus faible, c’est-à-dire le pion f7 ou le pion f2 qui ne sont défendus qu’une seule fois par leur roi.

Attention cependant, le « Coup du berger » est plutôt inoffensif pour les joueurs expérimentés.

J’ai entendu parler du jeu de Chaturanga. Quel rapport a-t-il avec le jeu d’échecs ?

Le jeu de Chaturanga a revêtu près de cinquante formes. L’une d’elles est l’ancêtre direct du jeu d’échecs. Il oppose deux familles (au lieu de quatre tribus) et comprend six types de pièces, à l’instar des six faces du dé :

  • Le raja (roi) se déplace comme aujourd’hui ; la partie s’arrête quand il est pris. Aucun des deux rajas ne peut disparaître de l’univers (l’échiquier) car ils sont complémentaires comme les deux pôles d’un même aimant.
  • Le mantri (ministre) peut aller uniquement en diagonale sur une case adjacente.
  • L’achoua (cavalier) progresse comme actuellement.
  • Le gaja (éléphant) avance en diagonale de deux cases.
  • Le rat-ha (char ou éléphant monté avec nacelle) marche comme notre tour.
  • La défaite des Indiens face à Alexandre Le Grand en 326 avant J.-C. en raison notamment de leurs chars défectueux (utilisés seulement dès lors pendant les cérémonies pour retracer des épopées) est à l’origine de la présence d’un « navire » dans les versions du Chaturanga qui furent adoptées ensuite par les slaves (ladia).

  • Le padati (fantassin) avance d’une case, prend en biais et devient ministre en cas de promotion.
  • Les quatre dernières pièces évoquent l’Armée des Indes. A sa naissance en 455, ce jeu est d’ailleurs surtout pratiqué par la caste noble et guerrière des Kshatriyas.

    Découvrez notre plateforme de cours 👉 jouer-aux-echecs.com

    Xavier Tartacover (1887-1956) - Celui qui prend des risques peut perdre, celui qui n'en prend pas perd toujours.

    Accueil - Atelier en Entreprise - Alzheimer - Podcast - A propos - Mentions légales
    2007-2022 © Echecs & Stratégie