Échecs et Stratégie: Fahim, la réussite par les échecs avec Gérard Depardieu

mardi 25 juin 2019

Fahim, la réussite par les échecs avec Gérard Depardieu

Notre sélection de livres/logiciels - Cours d'échecs - Jouer en ligne

Le nouveau film sur Fahim Mohammad du réalisateur Pierre-François Martin-Laval avec Isabelle Nanty, Gérard Depardieu, Ahmed Assad.

Le 4 mai 2012, à l’avant-veille du second tour de l’élection présidentielle, François Fillon, alors Premier ministre, est l’invité de la matinale de France Inter. Une auditrice l’interpelle en direct. Un jeune garçon de 11 ans vient de décrocher le titre de champion de France d’échecs de sa catégorie d’âge. Un enfant sans papiers, sans domicile, qui vit en clandestin à Créteil avec son père, risquant à tout moment d’être expulsé. Depuis quelques jours, l’affaire fait le tour des médias et émeut. A l’antenne, François Fillon promet d’examiner son cas… qui sera résolu en quelques jours. L’enfant s’appelle Fahim Mohammad… Il en sortira un livre, un roi clandestin, puis aujourd'hui un film.

Ce mercredi 19 juin à 14h, le cinéma CGR le Lido de Castres accueille le réalisateur Pierre-François Martin-Laval qui présente en avant-première son nouveau film sur les échecs intitulé Fahim (sortie officielle le 16 octobre 2019)

Fahim, la réussite par les échecs avec Gérard Depardieu

Fahim, la réussite par les échecs avec Gérard Depardieu dans le rôle de l'entraîneur d'échecs Xavier Parmentier (1963-2016)

D'après "Un Roi clandestin" : Fahim est l'adaptation du roman "Un Roi clandestin", un récit autobiographique coécrit par Fahim Mohammad, Sophie Le Callennec et Xavier Parmentier, publié en 2014 aux éditions Les Arènes.

L’histoire : Forcé de fuir son Bangladesh natal, le jeune Fahim Mohammad et son père quittent le reste de la famille pour Paris. Dès leur arrivée, ils entament un véritable parcours du combattant pour obtenir l’asile politique, avec la menace d’être expulsés à tout moment.

Grâce à son don pour les échecs, Fahim rencontre Sylvain, l’un des meilleurs entraîneurs d’échecs de France. Entre méfiance et attirance, ils vont apprendre à se connaître et se lier d’amitié. Alors que le Championnat de France commence, la menace d’expulsion se fait pressante et Fahim n’a plus qu’une seule chance pour s’en sortir : être Champion de France.

L’histoire vraie de Fahim a été racontée dans un livre. C’est une histoire qui vous a touché ?

Pierre-François Martin-Laval : Oui, ça ma même choqué et bouleversé lorsque j’ai vu l’interview de Fahim Mouhammad en 2014 à la télévision. Le lendemain j’ai acheté un Roi clandestin, le livre où les faits sont retracés. Et là, j’étais dans un état très bizarre, ce n’est pas une jolie prose, ce sont surtout des faits qu’il raconte, trois ans et demi sans papiers, SDF dans Paris et Créteil, j’avais l’impression de l’avoir croisé sans avoir rien fait pour lui…Son histoire est tellement forte et belle que j’ai eu envie d’en faire un film.

C’est un film parfois dur, le thème est dramatique, et en même temps vous arrivez à garder une touche de légèreté, on sourit souvent, c’était important d’avoir cet équilibre ?

Absolument, je n’ai rien inventé, Chaplin traitait de sujets très graves, faisait des comédies avec des drames. Là, cela peut-être tellement pesant ce qui arrive à Fahim, qui a été séparé de sa famille, que je voulais traiter cela avec humour. Il y a des enfants dans le film, Fahim est entouré des autres élèves de Gérard Depardieu qui joue l’entraîneur d’échecs, et les enfants ils ont besoin de ça, l’humour c’est une forme d’arme. Je pense que ça aurait été trop lourd de faire un film sur un tel sujet sans parfois distraire les spectateurs.

Vous avez choisi un thème très actuel, celui des réfugiés, des exilés, est-ce que c’est une manière d’engagement de votre part, d’affirmer vos convictions sur le sujet ?

Maintenant que vous me posez la question je suis obligé d’aller jusqu’au bout et de vous répondre oui ! Je ne me suis jamais senti engagé, j’ai toujours lutté contre en disant « moi, je suis juste un clown », j’ai toujours revendiqué ça. Et puis en 2013 je sors « Les Profs », je réalise un de mes rêves, faire ce que je faisais au théâtre au cinéma. Je faisais un film à gags, j’étais gagman ! Et je me demandais si j’allais faire que ça toute ma vie, ou si je n’étais pas capable d’être…pas utile, parce que le divertissement c’est utile et j’en referais demain, mais au moins de m’engager un peu plus.

Après je ne fais jamais qu’un film, je ne suis pas non plus sur le front physiquement…mais si on fait chacun un petit quelque chose pour soulever des débats, peut-être que ça peut faire changer les choses. Une parenthèse : je ne fais pas juste un film sur les réfugiés politique ou juste un film sur les échecs. Je fais aussi un divertissement. C’est du cinéma !

Ce film c’était une envie de changer de registre, de raconter autre chose ?

Oui complètement, je me remettais en question en temps que réalisateur, que père de famille, et j’avais envie d’explorer ce genre d’histoire et de passer par une histoire vraie. Quand on raconte une histoire vraie, on a des obligations. Il n’était pas question que le vrai Fahim en voyant le film soit déçu ou ressente de la trahison. Ça me faisait un défi supplémentaire, et une manière différente de travailler avec mes acteurs.

Vous dirigez dans ce film Gérard Depardieu, on a l’impression qu’il coule de source dans ce rôle de l’entraineur d’échecs…

J’ai toujours rêvé de Depardieu quoi qu’il arrive, c’est pour moi un des plus grands acteurs au monde, peut-être le plus grand. Et comme j’ai eu la chance de connaitre le vrai entraineur de Fahim, c’était une évidence. D’ailleurs, quand je fais apparaitre au générique de fin ses photos, les spectateurs voient la cohérence.

Pour en savoir plus : Le site 100 pour cent

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Un blog de passionnés pour jouer aux échecs en ligne, suivre les tournois, apprendre et progresser en stratégie et en tactique. Toutes les actualités sur la planète noire et blanche !

Xavier Tartacover (1887-1956) - Celui qui prend des risques peut perdre, celui qui n'en prend pas perd toujours.