News sur les échecs | Jouer aux échecs en ligne: En direct du 16e Open d’échecs de Villard-de-Lans (Isère)

vendredi 5 juillet 2019

En direct du 16e Open d’échecs de Villard-de-Lans (Isère)

La chronique n°1 in live de Jacques GIMARD, « pousseur de bois » persévérant, en cure de sevrage. Découvrir l'épisode 2.

J’OBSERVE DONC JE SUIS

Matinée caniculaire, en ce samedi 29 juin de l’an de grâce 2019. Avant l’heure H de la première ronde du 16e Open d’échecs, je redécouvre le charme désuet de Villard de Lans, village partenaire des JO Grenoble 1968 qu’une stèle vintage célèbre à la façon d’un « devoir de mémoire ». Ici, l’Isère jalouse le Vercors. À moins que le Vercors ne s’amuse à snober l’Isère.

L'affiche du 16e Open d’échecs de Villard-de-Lans (Isère)

Promenade badine, pensées vagabondes, lèche-vitrines. Au hasard de propos convenus, la vendeuse d’une chatoyante boutique de décoration me demande si je suis vacancier. Oui, vacancier solitaire, otage consentant d’un tournoi d’échecs. Ou joueur d’échecs en vacances, même si le noble jeu n’apprécie guère la vacance de l’esprit. Pour conclure ce brin de causette, la commerçante ponctue d’un joli sourire : « Alors bonne chance… Ou plutôt bonne expertise ! »

« Bonne expertise ! »

Quel génie fulgurant dans cette empathie ! « Bonne expertise ! » Je me promets de m’en servir au moment de saluer mon adversaire devant l’échiquier. C’est tellement plus pertinent, plus classe, plus énigmatique que la courtoise platitude du « bonne partie ! » Au moment d’entrer dans la salle de la Coupole, — notre arène de gladiateurs —, je m’interroge soudain : l’expertise est-elle au rendez-vous de ce tournoi d’échecs ?

Échiquier géant au 16e Open d’échecs de Villard-de-Lans (Isère)

Fossé générationnel sur l’échiquier ?

Côté expertise de l’accueil, le protocole est minimaliste. Dépouillé, négligé ou sacrifié, je ne sais pas trop. Sans doute l’indice d’un budget étriqué. Une table nue, sans effort esthétique, est dressée dans le hall en guise de stand de pointage. Un brave septuagénaire, — sans doute une mémoire vivante du club organisateur, l’Échiquier Grenoblois —, prend des notes sur une feuille aux allures de brouillon. Son acolyte, un quinquagénaire pointilleux, entasse billets et chèques dans une caisse de fortune, une vieille boîte en bois jadis dévolue à ranger des pièces d’échecs. J’observe. Et aussitôt je comprends. Dans les gestes ordinaires de la vie, nous ne sortons jamais indemnes de notre addiction échéphilopathique — néologisme de mon invention qu’apprécieraient les psy comportementalistes —. Bref, cartésien sans chichi, le process de pointage. Juste un « boujour-merci » servi aux honorables gladiateurs de l’échiquier, sans autre gratification. Ni carte postale, ni badge, ni stylo-souvenir, ni tee-shirt, ni autre bricole de bienvenue. Juste un sourire. C’est vrai que c’est rassurant un joueur d’échecs souriant.

Côté expertise sociologique, la population du tournoi témoigne d’un profond fossé générationnel : des têtes blanches estampillés senior+ côtoient ados boutonneux et préados fougueux. Toujours aussi masculine, la tribu des « pousseurs de bois ». Huit femmes seulement parmi les quatre-vingts inscrits. Proportion fidèle au clivage sexué du jeu d’échecs, laissant accroire que le mâle serait mieux prédisposé au noble jeu. Ineptie encore tenace dans ce milieu hermétique où exercice cérébral et intelligence sociale ne vont pas toujours de pair. Peu de quadras, peu de quinquas dans le casting du jour. Une génération bouderait-elle l’échiquier ? À croire que la « population active » déserte le jeu d’échecs ou que le noble jeu est incompatible avec une vie normale.

Dans une étrange communion d’esprit, un dress-code implicite unit les cheveux blonds et les cheveux gris. Sous l’échiquier, jambes noueuses et poil-aux-pattes, le bermuda semble faire l’unanimité. Au-dessus de l’échiquier, les tee-shirt rivalisent d’originalité. Litote courtoise pour taire les fautes de goût. Preuve in concreto que le noble jeu a beaucoup perdu de son élégance proverbiale. Pensée nostalgique qui m’expédie soudain dans la lointaine réserve des vieux mohicans. À propos de coutumes tribales, la mode des tatouages ethniques contamine peu à peu la tribu des joueurs d’échecs. Rien de plus normal à la réflexion. Se tatouer, n’est-ce pas « parler de soi et sur soi » ? Pratique narcissique en parfaite harmonie avec le profil égocentré du joueur d’échecs, intarissable dès qu’il vous inflige l’analyse dithyrambique de sa partie gagnée.

Le Palais de Fervaques de Saint-Quentin accueille la grande finale des Coupes d’échecs, qui débute samedi à 10h avec la Coupe 2000. Puis à 14h, top départ pour la Coupe Loubatière, la Coupe de la parité et le match France-Chine espoirs. Enfin, rendez-vous à 16h15 pour le lancement du Top 12 féminin et de la Coupe de France.

Près de 250 joueurs sont rassemblés pour cette grande fête du jeu d’échecs qui réunira les joueurs de tous les âges et de tous les niveaux, prouvant que le jeu d’échecs a cette capacité incroyable de rassembler des joueurs très différents autour d’une même passion, y compris lors de compétitions sportives qui présentent un enjeu important.

Le 16e Open d’échecs de Villard-de-Lans (Isère)

Syndrome métabolique en partage ?

Côté expertise anthropologique, l’Open de Villard-de-Lans n’échappe pas au mystère insondable du noble jeu, depuis qu’un Ministre des Sports d’obédience communiste, — Marie-Georges B. pour ne pas la nommer — a cru devoir, en l’an 2000, ériger le jeu d’échecs au rang de sport, en référence rêvée à la Russie de Staline. Alors là aussi j’observe. Et je cherche à comprendre. Les joueurs d’échecs sont-ils vraiment des sportifs comme les autres ? J’avoue être assez perplexe. Ici comme ailleurs, la plupart de nos gladiateurs seniors sont atteints du « syndrome métabolique ». Terme médical assez chaste pour désigner la bedaine, plus ou moins discrète, plus ou moins généreuse, plus ou moins indécente. Comme ma silhouette en porte le symptôme, un doute existentiel m’envahit : est-ce parce que je joue aux échecs que je suis atteint moi aussi du syndrome métabolique ? ou faut-il être affublé d’une bedaine pour jouer aux échecs ? Mieux encore, parce que je dois apprendre à « positiver » : si je cesse de jouer aux échecs, vais-je enfin perdre mon bide ? À cet instant, un terrible syllogisme gagne mon esprit. Jouer aux échecs nous expose au syndrome métabolique. Or ce syndrome ouvre la voie aux risques cardio-vasculaires. Donc, ce constat atteste que le jeu d’échecs n’est pas un sport. Puisqu’il échappe aux vertus préventives de l’exercice physique. Et quand se rappellent à moi les « leçons d’histoire naturelle », le doute prend le chemin de la certitude : le cerveau n’est pas un muscle mais un organe. Cessons alors les vaines spéculations. Et acceptons le jeu d’échecs pour ce qu’il nous apporte : récréation cérébrale et jouissance narcissique. Et réconfortons-nous sur le terrain des neurosciences. La pratique du jeu d’échecs participerait à la prévention des maladies dégénératives, ne serait-ce qu’en conjuguant plaisir et réflexion, volonté et concentration. Alors tant mieux pour nous, les « pousseurs de bois » !

Alors tant mieux pour nous, les « pousseurs de bois » ! Côté expertise psychologique enfin, grâce à cet état des lieux, je mesure la valeur curative de la pratique narrative. Et je me sens toujours aussi bien sous l’emprise du jeu d’échecs. Pratique addictive qui vient sourire à ma névrose. Pour m’en préserver juste un peu, je médite la sentence apaisante de mon ami Felix (Mendelsshon) : « le jeu d’échecs est trop sérieux pour être ludique, et trop ludique pour être sérieux ». Et je suis ravi, ici à Villard-de-Lans, d’avoir appris le plus beau vœu qui soit, avant de commencer une partie, celui qu’une charmante commerçante m’a souhaité un jour de canicule : « Alors bonne expertise ! » (à suivre)

Pour en savoir plus : Le site officiel - Les résultats

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Un blog de passionnés pour jouer aux échecs en ligne, suivre les tournois, apprendre et progresser en stratégie et en tactique. Toutes les actualités sur la planète noire et blanche !

Xavier Tartacover (1887–1956) - Celui qui prend des risques peut perdre, celui qui n'en prend pas perd toujours.

2007-2019 © Chess & Strategy
Accueil - A propos - Mentions légales