Échecs et Stratégie: Trouvez un échec et mat en 2, 3 et 4 coups

lundi 14 septembre 2020

Trouvez un échec et mat en 2, 3 et 4 coups

Notre sélection de jeux/livres/logiciels - Cours d'échecs - Jeu en ligne


3 exercices tactiques aux échecs par jour avec les solutions sur des échiquiers dynamiques en bas de page.

Pour recevoir par mail nos exercices ainsi que des informations sur les échecs, abonnez-vous gratuitement à notre Newsletter ChessTips.fr

« Il vaut toujours mieux jouer un plan faux de façon logique que de n'avoir pas de plan du tout. » selon le grand maître soviétique puis suisse Viktor Kortchnoï (1931-2016).

Kortchnoi contre Karpov lors de la finale des candidats au championnat du monde d'échecs en 1974

Kortchnoi contre Karpov lors de la finale des candidats en 1974. Le match a lieu à Moscou, dans la salle des colonnes de la maison des syndicats, qui a été aussi le théâtre des premiers matchs Kasparov-Karpov.

Viktor Lvovich Kortchnoi est né en 1931 à Leningrad. Son père, catholique, était un ingénieur dans une usine de bonbons, sa mère, juive, était une pianiste mais incapable d’avoir une vie stable. Ses parents divorcent et après avoir vécu quelques temps chez sa mère, il rejoint son père, qui s’est remarié.

La guerre éclate et le terrible siège de Leningrad emporte pratiquement toute sa famille : son père est tué au front, ses grands-parents aussi. Sa belle-mère s’occupe de Viktor. Comme il l’a dit un jour, il n’aurait jamais dû survivre au pire siège de l’Histoire. Le jeune Viktor a survécu et pour lui, c’est comme un bonheur ; à l’instar d’autres champions qui ont été marqués par la guerre dans leur jeunesse (comme Tigran Petrossian), l’instinct de survie a été une composante essentielle du caractère mais aussi du style du joueur d’échecs. Mais contrairement à Petrossian, il ne s’agissait pas de survivre mais de vivre et donc de gagner pour avancer.

Un palmarès extraordinaire

Grand maître international en 1956, Kortchnoï fut pendant plus de trente ans l'un des dix meilleurs joueurs du monde. Réputé pour sa ténacité, pour son jeu alliant défense et contre-attaque et sa constante volonté de vaincre, il fut candidat au championnat du monde en un nombre record de dix occasions : en 1962, puis, sans interruption, de 1968 à 1991. Quatre fois finaliste du cycle des candidats, il remporta la finale contre Boris Spassky en 1977-1978 et face à Robert Hübner en 1980-1981.

Bien qu’il n'ait jamais été champion du monde, Kortchnoï possède un des plus grands palmarès de l'histoire du jeu avec plus de 220 premières places seul ou ex æquo en tournoi adulte, victoires en match, médailles d'or en compétition par équipes (sans compter ses victoires dans les compétitions junior ou senior) à son actif.

Notre offre d'ateliers échecs pour les entreprises

Résolvez 3 exercices d'échecs tirés de tournois internationaux pour progresser durablement en tactique. De difficulté progressive, mat en 2 coups en vert, mat en 3 coups en orange et mat en 4 coups en rouge, nous vous conseillons de vous concentrer pendant 5 minutes maximum sur chaque diagramme ci-dessous. Si vous ne trouvez pas une solution dans le temps maximum imparti, revenez sur cet exercice plus tard dans la journée. Enfin, comparer vos solutions avec celles qui sont données en fin d'article. Une manière efficace de progresser est de chercher par soi-même avant de découvrir la solution.

Échec et mat en 2 coups

Les Blancs jouent et matent en 2 coups - Miguel Najdorf vs Rodolfo Kalkstein, Montevideo, 1954
Les Blancs jouent et matent en 2 coups
Miguel Najdorf vs Rodolfo Kalkstein, Montevideo, 1954

Les échecs aident à développer des compétences analytiques

A chaque partie, un joueur se retrouve face à des problèmes à résoudre et des défis à surmonter. Les échecs aident à anticiper, à ne pas se précipiter et à bien peser le pour et le contre de chaque décision. Comme dans la vie de tous les jours, où l'on essaie de prendre les meilleures décisions possibles pour obtenir des résultats positifs.

Échec et mat en 3 coups

Les Blancs jouent et matent en 3 coups - Elekes vs Zitzen, corr., 1917
Les Blancs jouent et matent en 3 coups
Elekes vs Zitzen, corr., 1917

Les échecs apprennent à gérer la pression

C'est lors d'une partie d'échecs intense, dans laquelle on donne tout, que l'on apprend à rester calme malgré la pression. Prendre la décision critique en temps limité pour assurer la victoire nécessite une concentration totale et un calme profond, qui permet à votre cerveau de fonctionner au maximum de ses capacités. Toute notre vie, nous sommes confrontés à des dates-butoirs, à des défis difficiles, au trac des entretiens... Comme dans une partie d'échecs, il faut savoir rester confiant et calme malgré la pression pour réussir au mieux.

Échec et mat en 4 coups

Les Blancs jouent et matent en 4 coups - Friedrich Saemisch vs Michael Schlosser, Trautenau, 1924
Les Blancs jouent et matent en 4 coups
Friedrich Saemisch vs Michael Schlosser, Trautenau, 1924

Les échecs favorisent la bonne santé du cerveau

Le jeu d'échecs stimule la croissance de dendrites, ces corps qui envoient des signaux aux cellules neuronales du cerveau. Avec plus de dendrites, la communication neurale dans le cerveau s'améliore et devient plus rapide. L'interaction et les activités avec d'autres personnes stimulent également la croissance de dendrites. Pratiquer régulièrement le jeu d'échecs en famille, avec des amis ou dans un club est ainsi une expérience idéale.

Les solutions des 3 exercices tactiques

Échec et mat en 2 coups : 1. Dh7+ Rxf6 2. Ce4#

Échec et mat en 3 coups : 1. Cg6+ fxg6 2. Fxg6 h4 3. Te8#

Échec et mat en 4 coups : 1. Cd4+ Rxd5 2. Db5+ Rxd4 3. c3+ Re4 4. Fd3#

N'hésitez pas à partager ces exercices sur les réseaux sociaux avec vos amis. Vous pouvez également déposer vos suggestions en commentaire de ce blog. Merci !

Retrouvez toutes nos exercices quotidiens

Aucun commentaire :

Publier un commentaire

Un blog de passionnés pour jouer aux échecs en ligne, suivre les tournois, apprendre et progresser en stratégie et en tactique. Toutes les actualités sur la planète noire et blanche !

Xavier Tartacover (1887-1956) - Celui qui prend des risques peut perdre, celui qui n'en prend pas perd toujours.