Échecs et Stratégie: 3 bonnes raisons de jouer aux échecs

mardi 9 mars 2021

3 bonnes raisons de jouer aux échecs

Notre sélection de jeux/livres/logiciels - Cours d'échecs - Jeu en ligne


Découvrez chaque jour l'actualité des échecs et 3 exercices tactiques avec les solutions sur des échiquiers dynamiques en bas de page.

Pour recevoir par mail nos exercices ainsi que des informations sur les échecs, abonnez-vous gratuitement à notre Newsletter ChessTips.fr

La Hongroise Judit Polgar est sans doute la plus grande joueuse d’échecs de l’Histoire, elle nous dit ceci : "Il faut faire entrer les échecs dans les écoles, ils donnent des outils dans la vie : la logique, la résilience, savoir trancher, accepter une défaite, maîtriser l’euphorie d’une victoire, ça rend plus fort." 🎧 Le Podcast

📣 «Dream big, make good moves in life, set your goals high and reach the impossible» Judit Polgar.

Probablement féministe et égalitaire, le jeu de société permet d'apprendre à mieux se concentrer, à assouplir son esprit, et à mieux faire face aux difficultés de l'existence. Il donne les clefs pour mieux anticiper les prises de décisions, et permettrait de s'évader sans risque. Voici 3 bonnes raisons de se (re)mettre aux échecs :

1 - L'habitude de jouer aux échecs aide à la prise de décision

Kévin Bordi : "L'habitude de jouer aux échecs permet de penser aux conséquences d'une décision. Elle permet de penser plus loin, d'avoir en tête une chaîne de causes à effets plus poussée : 'si je fais cela, il va se passer ceci et si cela ne passe pas, il se passera telle chose…' Connaitre les suites de nos actes permet de prendre plus de temps avant de prendre une décision. Parce qu'une fois que la décision est prise, comme sur un jeu d'échecs, une fois que le coup est joué, on ne peut pas revenir en arrière".

Pour Bernard Werber : "Une partie de la vie est comme un jeu d'échecs. Il permet de voir dans le futur. À force de penser aux conséquences des coups joués, on a une vision permanente, on perçoit une sorte de profondeur dans le temps."

2 - Les échecs sont un puissant révélateur du caractère de chacun et permettent de mieux se connaître

Denis Grozdanovitch raconte : "Devenu trop dépendant au jeu, j'ai arrêté de jouer pendant dix ans. Quand j'ai repris, je prenais des notes dans le but de m'auto-analyser. Je me suis aperçu que, en milieu de partie, j'avais toujours l'impression d'avoir une position dominante. Alors ce n'était pas le cas puisque en général, je perdais très vite après ! Je me suis rendu compte que j'avais tendance à surestimer ma position tout le temps. Je souffrais de ce qu'on appelle le complexe de supériorité. Le savoir m'a appris à mieux respecter les gens."

3 - Cela apprend la détermination

Bernard Werber a eu la chance de jouer contre l'ancien Champion du monde, Anatoly Karpov

Bernard Werber a vécu une expérience exceptionnelle : "J'ai eu la chance de jouer contre l'ancien Champion du monde, Anatoly Karpov. Son attitude était étrange. Il jouait contre douze personnes à tour de rôle. Je l'ai vu, il avait envie d'étrangler les gens. Il arrivait et "tuait" une personne avant de passer à la suivante. Il y a une volonté de mort et une énergie chez certains joueurs ! Ma compagne m'a conseillé de tenir le plus longtemps possible et de sourire. J'ai vu tous les autres grimacer de douleur au fur à mesure qu'ils jouaient contre lui. Et finalement, j'ai pu tenir parce que j'avais renoncé à gagner. Preuve que l'on peut également jouer sans avoir envie de gagner : pour la beauté du jeu.

À la fin, il m'a donné son secret : depuis l'âge de 4 ans, il joue 10 parties par jour. Il ne pense que "échec", nous n'avions aucune chance.

L'intégralité de cet article est à retrouver sur France Inter

Découvrez notre plateforme de cours 👉 jouer-aux-echecs.com

Nouveauté 2021 👉 nos ateliers d'échecs pour les entreprises

Le tacticomètre, outil de mesure de votre habileté à bien calculer

Résolvez 3 exercices d'échecs tirés de tournois internationaux pour progresser durablement en tactique. De difficulté progressive, mat en 2 coups en vert, mat en 3 coups en orange et mat en 4 coups en rouge, nous vous conseillons de vous concentrer pendant 5 minutes maximum sur chaque diagramme ci-dessous. Si vous ne trouvez pas une solution dans le temps maximum imparti, revenez sur cet exercice plus tard dans la journée. Enfin, comparer vos solutions avec celles qui sont données en fin d'article. Une manière efficace de progresser est de chercher par soi-même avant de découvrir la solution.

Échec et mat en 2 coups

Les Blancs jouent et matent en 2 coups - Hichem Hamdouchi vs Samy Shoker, Haguenau, 2013
Les Blancs jouent et matent en 2 coups
Hichem Hamdouchi vs Samy Shoker, Haguenau, 2013

Les échecs aident à développer des compétences analytiques

A chaque partie, un joueur se retrouve face à des problèmes à résoudre et des défis à surmonter. Les échecs aident à anticiper, à ne pas se précipiter et à bien peser le pour et le contre de chaque décision. Comme dans la vie de tous les jours, où l'on essaie de prendre les meilleures décisions possibles pour obtenir des résultats positifs.

Échec et mat en 3 coups

Les Blancs jouent et matent en 3 coups - Gregory Kaidanov vs Viswanathan Anand, Moscou, 1987
Les Blancs jouent et matent en 3 coups
Gregory Kaidanov vs Viswanathan Anand, Moscou, 1987

Les échecs apprennent à gérer la pression

C'est lors d'une partie d'échecs intense, dans laquelle on donne tout, que l'on apprend à rester calme malgré la pression. Prendre la décision critique en temps limité pour assurer la victoire nécessite une concentration totale et un calme profond, qui permet à votre cerveau de fonctionner au maximum de ses capacités. Toute notre vie, nous sommes confrontés à des dates-butoirs, à des défis difficiles, au trac des entretiens... Comme dans une partie d'échecs, il faut savoir rester confiant et calme malgré la pression pour réussir au mieux.

Échec et mat en 4 coups

Les Blancs jouent et matent en 4 coups - Igor Glek vs A Korolev, corr., 1988
Les Blancs jouent et matent en 4 coups
Igor Glek vs A Korolev, corr., 1988

Les échecs favorisent la bonne santé du cerveau

Le jeu d'échecs stimule la croissance de dendrites, ces corps qui envoient des signaux aux cellules neuronales du cerveau. Avec plus de dendrites, la communication neurale dans le cerveau s'améliore et devient plus rapide. L'interaction et les activités avec d'autres personnes stimulent également la croissance de dendrites. Pratiquer régulièrement le jeu d'échecs en famille, avec des amis ou dans un club est ainsi une expérience idéale.

Les solutions des 3 exercices tactiques

Échec et mat en 2 coups : 1. Dc6+ Fxc6 2. dxc6#

Échec et mat en 3 coups : 1. Dxf7+ Txf7 2. Cg6+ Rg8 3. Th8#

Échec et mat en 4 coups : 1. h3+ Rxh3 2. De6+ g4 3. Dh6+ Dxh6 4. Txh6#

Débutez et progressez aux échecs avec nos 3 PACKS de formation conçus par les grands-maîtres Anthony Wirig et Tigran Gharamian.

Pack Enfant Débutant : 6 modules
Pack Adulte Débutant : 9 modules
Pack Adulte Confirmé : 15 e-books

N'hésitez pas à partager ces exercices sur les réseaux sociaux avec vos amis. Vous pouvez également déposer vos suggestions en commentaire de ce blog. Merci !

Retrouvez tous nos exercices quotidiens

Vous avez une idée qui nous aidera à nous améliorer ? Déposez un commentaire. Merci

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Un blog de passionnés pour jouer aux échecs en ligne, suivre les tournois, apprendre et progresser en stratégie et en tactique. Toutes les actualités sur la planète noire et blanche !

Xavier Tartacover (1887-1956) - Celui qui prend des risques peut perdre, celui qui n'en prend pas perd toujours.

2007-2021 © Chess & Strategy
Accueil - Atelier en Entreprise - Alzheimer - Podcast - A propos - Mentions légales