Échecs et Stratégie: « Il faut donner la parole aux joueuses d’échecs » : le quotidien d’Andreea Navrotescu, joueuse pro

dimanche 10 octobre 2021

« Il faut donner la parole aux joueuses d’échecs » : le quotidien d’Andreea Navrotescu, joueuse pro

Notre sélection de jeux/livres/logiciels - Cours en vidéo - Jeu en ligne


Découvrez chaque jour l'actualité des échecs et 3 exercices tactiques avec les solutions sur des échiquiers dynamiques en bas de page

Apprendre à jouer aux échecs et progresser avec nos formations en vidéo.
Essai gratuit avec notre garantie satisfait ou remboursé pendant 30 jours !

Pour recevoir par mail nos exercices ainsi que des informations sur les échecs, abonnez-vous gratuitement à notre Newsletter ChessTips.fr

Andreea Navrotescu, joueuse d’échecs professionnelle, est membre de l’équipe de France féminine. Elle raconte son parcours, et son quotidien sur Madmoizelle en pointant du doigt la précarité du statut pro dans les échecs et le machisme ordinaire qui y sévit.

Troisième au championnat de France d'échecs à Chartres en 2019, Andreea partage avec talent sa passion sur Twitch et sur les réseaux sociaux. Un entretien exceptionnel sans langue de bois.

Andreea Navrotescu, joueuse d'échecs pro

Je m’appelle Andreea Navrotescu, mais vous me connaissez peut-être sous le nom d’andy_rekt_chess sur les réseaux sociaux.

Il y a trois ans, après une licence en anglais et en espagnol, j’ai décidé de mettre mes études en pause pour me consacrer entièrement à une passion qui me suit depuis mon tout jeune âge : les échecs.

À quatre ans, je découvre les échecs

Je suis née en Roumanie, où j’ai vécu jusqu’à mes 9 ans. Les échecs y sont bien plus implantés dans la culture qu’en France : les joueurs et joueuses sont considérées comme des sportifs et sportives d’État (car oui, les échecs entrent dans la catégorie des sports !), et le nombre de licenciés est bien plus élevé.

Je n’y suis pas arrivée tout à fait par hasard, mon père étant entraîneur d’échecs de profession. Mais c’est ma mère, professeure de mathématiques, qui m’a appris à y jouer dès quatre ans. Elle a découvert ce milieu en rencontrant mon père, l’a adoré, et m’a transmis cet amour.

Bien sûr, l’envie de me professionnaliser n’est pas arrivée immédiatement. À cet âge, le club d’échecs était surtout un lieu de sociabilisation pour moi. J’y ai trouvé un groupe d’amies de mon âge, qui partageaient ma passion, et c’est ce lien avec elles qui m’a attirée avant tout. Mais très tôt, mes facilités ont été remarquées. J’ai remporté mon premier titre de championne nationale de Roumanie à 8 ans, en catégorie moins de 10 ans, alors que j’étais un peu plus jeune que mes adversaires.

Je ne m’en rendais pas compte sur le moment, mais j’ai eu la chance d’être consacrée très jeune !

Une première victoire, puis d’autres

Après avoir gagné ce championnat national, j’ai joué les championnats du monde qui avaient lieu en France. C’était ma première rencontre avec le pays. L’année d’après, ma famille s’y installait. Mon père avait trouvé un poste d’entraîneur d’équipe d’échecs, et nous l’avons tous suivi.

Évidemment, les premiers jours ont été difficiles. Je ne parlais pas un seul mot de français en arrivant ! J’ai dû mettre les échecs de côté plusieurs mois, le temps de m’adapter.

La pratique est revenue très vite, heureusement : un an après, je participais au premier championnat de France jeunes. À partir de là, j’ai participé à chacun d’entre eux… Et j’en ai gagné six, entre 2008 et 2015.

En parallèle, des compétitions, j’ai toujours suivi une scolarité traditionnelle. Pour autant, au collège, j’évitais de parler de mes titres : quand je disais que je jouais aux échecs, on se moquait un peu de moi, parce que c’était « un truc d’intello » dont tout le monde se fichait. Et si je disait que c’était considéré comme un sport, c’était la moquerie générale !

La première fois que j’ai été sélectionnée en équipe de France adultes, c’était en 2016. Jusque là, je savais que j’avais un bon niveau mais je n’envisageais absolument pas de vivre de cette passion. À partir de ce moment, la question a commencé à se poser.

Après mes études, une grande décision

Une fois mon bac en poche, j’ai entamé une licence d’anglais et d’espagnol que j’ai obtenue en 2018, après six mois d’Erasmus à Barcelone. C’est là que j’ai décidé de prendre une année sabbatique, une pause dans mes études — pour pouvoir expérimenter ce que je pouvais faire à temps plein dans les échecs.

Je n’avais jamais pu m’y consacrer à 100%, alors que j’en rêvais depuis longtemps.

Mes études à la fac me stressaient beaucoup, et pour m’inscrire au moindre master, il fallait 15 pages de C.V. Ces étapes m’ont un peu découragée, mais surtout, plus je devais m’impliquer dans mes études, et moins je pratiquais les échecs… Et ça me rendait malheureuse.

Mes parents n’ont pas été ravis de cette décision. Ils voulaient que je termine mon master, et que je m’assure un peu de sécurité avec des diplômes avant de me lancer dans le monde des échecs. Je comprends leur point de vue : ils savaient très bien à quel point ce milieu est précaire, et qu’il peut être difficile d’en vivre. Ils n’ont finalement pas eu d’autre choix que d’accepter. Je savais que ce serait difficile, mais je me suis dit : « Je ne suis pas dépensière, je n’ai pas besoin de trop de choses pour survivre, alors autant y aller ! »

Les échecs professionnels, un statut précaire

Les échecs sont une discipline particulière. La proportion de personnes qui savent y jouer est énorme comparée à la proportion de personnes qui s’inscrivent en club ! On pense souvent qu’on a pas le niveau, qu’on a pas commencé assez tôt… Mais en dehors de l’aspect compétitif, il y a beaucoup de plaisir à jouer aux échecs en club.

Parce que les échecs ne sont pas très implantés en France, le statut des joueurs et joueuses professionnelles est relativement précaire. Nous sommes peu à pratiquer le haut niveau, et sommes principalement rémunérés par tournoi — il n’y a pas vraiment de suivi permanent, ou de salaire à l’année…

Le calendrier s’organise autour des grandes dates suivantes : un championnat de France par an, et une ou deux compétitions internationales avec l’équipe de France. Le reste du temps, il y a des tournois.

Ce sont eux qui constituent le gros des revenus des joueurs et joueuses, car notre salaire est principalement constitué des sommes que nous gagnons quand nous remportons des tournois. Comme les échecs ne sont pas très visuels, les sponsors sont rares !

Mais heureusement, contrairement aux sports comme le foot, les pros ne sont pas affiliée à un seul club. En ce moment, par exemple, je joue en ligue grecque et je gagne de l’argent pour jouer pour des clubs différents.

Du côté des finances, soyons honnête, je pense que je n’atteins pas tout à fait 1000€ par mois de gains. Mais pour moi, ce n’est pas très grave : je n’ai pas d’enfant à charge, et ce qui compte le plus pour moi, c’est la liberté ! Je peux voyager, travailler quand je le souhaite, me lever à l’heure que je veux…

La suite de l'interview d'Andreea Navrotescu avec la journée type dans la vie d’une joueuse d’échecs.

L'intégralité de cet article est à retrouver sur Madmoizelle

Découvrez notre plateforme de cours 👉 jouer-aux-echecs.com

Nouveauté 2021 👉 nos ateliers d'échecs pour les entreprises

Le tacticomètre, outil de mesure de votre habileté à bien calculer

Résolvez 3 exercices d'échecs tirés de tournois internationaux pour progresser durablement en tactique. De difficulté progressive, mat en 2 coups en vert, mat en 3 coups en orange et mat en 4 coups en rouge, nous vous conseillons de vous concentrer pendant 5 minutes maximum sur chaque diagramme ci-dessous. Si vous ne trouvez pas une solution dans le temps maximum imparti, revenez sur cet exercice plus tard dans la journée. Enfin, comparer vos solutions avec celles qui sont données en fin d'article. Une manière efficace de progresser est de chercher par soi-même avant de découvrir la solution.

Les exercices et solutions du jour

Échec et mat en 2 coups

Les Blancs jouent et matent en 2 coups - Leonid Shamkovich vs Anatoly Trubman, USA, 1990
Les Blancs jouent et matent en 2 coups
Leonid Shamkovich vs Anatoly Trubman, USA, 1990

Les échecs aident à développer des compétences analytiques

A chaque partie, un joueur se retrouve face à des problèmes à résoudre et des défis à surmonter. Les échecs aident à anticiper, à ne pas se précipiter et à bien peser le pour et le contre de chaque décision. Comme dans la vie de tous les jours, où l'on essaie de prendre les meilleures décisions possibles pour obtenir des résultats positifs.

Échec et mat en 3 coups

Les Blancs jouent et matent en 3 coups - Svetozar Gligoric vs Miroslav Radojcic, Ljubljana, 1947
Les Blancs jouent et matent en 3 coups
Svetozar Gligoric vs Miroslav Radojcic, Ljubljana, 1947

Les échecs apprennent à gérer la pression

C'est lors d'une partie d'échecs intense, dans laquelle on donne tout, que l'on apprend à rester calme malgré la pression. Prendre la décision critique en temps limité pour assurer la victoire nécessite une concentration totale et un calme profond, qui permet à votre cerveau de fonctionner au maximum de ses capacités. Toute notre vie, nous sommes confrontés à des dates-butoirs, à des défis difficiles, au trac des entretiens... Comme dans une partie d'échecs, il faut savoir rester confiant et calme malgré la pression pour réussir au mieux.

Échec et mat en 4 coups

Les Blancs jouent et matent en 4 coups - Miroslav Filip vs Boris De Greif, Portoroz, 1958
Les Blancs jouent et matent en 4 coups
Miroslav Filip vs Boris De Greif, Portoroz, 1958

Les échecs favorisent la bonne santé du cerveau

Le jeu d'échecs stimule la croissance de dendrites, ces corps qui envoient des signaux aux cellules neuronales du cerveau. Avec plus de dendrites, la communication neurale dans le cerveau s'améliore et devient plus rapide. L'interaction et les activités avec d'autres personnes stimulent également la croissance de dendrites. Pratiquer régulièrement le jeu d'échecs en famille, avec des amis ou dans un club est ainsi une expérience idéale.

Les solutions des 3 exercices tactiques

Échec et mat en 2 coups : 1. Dxf8+ Cxf8 2. Cxf7#

Échec et mat en 3 coups : 1. Dxh5+ Rg7 (sur 1...gxh5 2. Txh5+ Dh6 3. Txh6#) 2.Dh6+ Rf6 3.Fg5#

Échec et mat en 4 coups : 1. Fh5+ Cg6 2. Txh7 Tg1+ 3. Rxg1 Fxe2 4. Fxg6#

Débutez et progressez aux échecs avec nos 3 PACKS de formation conçus par les grands-maîtres Anthony Wirig et Tigran Gharamian.

Pack Enfant Débutant : 6 modules
Pack Adulte Débutant : 9 modules
Pack Adulte Confirmé : 15 e-books

N'hésitez pas à partager ces exercices sur les réseaux sociaux avec vos amis. Vous pouvez également déposer vos suggestions en commentaire de ce blog.

Retrouvez tous nos exercices quotidiens

Vous avez une idée qui nous aidera à nous améliorer ? Nous vous invitons à déposer un commentaire ci-dessous. Merci.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Un blog de passionnés pour jouer aux échecs en ligne, suivre les tournois, apprendre et progresser en stratégie et en tactique. Toutes les actualités sur la planète noire et blanche !

Xavier Tartacover (1887-1956) - Celui qui prend des risques peut perdre, celui qui n'en prend pas perd toujours.

2007-2021 © Chess & Strategy
Accueil - Atelier en Entreprise - Alzheimer - Podcast - A propos - Mentions légales